Gyroroue ou trottinette électrique : les clés pour choisir

Alex
Rédigé le 23 août 2017
4469 vues 4 Commentaires

Comment choisir entre une gyroroue ou trottinette électrique ? Notre article récapitule les forces et les faiblesses de ces deux moyens de transport pour vous aider à prendre votre décision. La roue et la trottinette présentent en effet des avantages et des inconvénients qui diffèrent selon les usages et les déplacements envisagés.

L’analyse met volontairement de côté les engins « extrêmes » comme la Dualtron Ultra et ses 90 Km/h théoriques : nous nous plaçons ici dans la peau d’un néophyte qui cherche à s’initier à la mobilité électrique et va donc envisager un modèle courant à budget raisonnable.

Facilité d’apprentissage : avantage trottinette

Avant d’arriver à se déplacer de façon autonome, la gyroroue requiert un temps d’adaptation qui ira de quelques dizaines de minutes à plusieurs heures, en fonction de votre aisance et de votre sens de l’équilibre. Cet apprentissage n’est pas forcément rébarbatif (au contraire, c’est amusant !), mais il retarde quelque peu le moment où l’on peut envisager de véritables trajets.

A l’inverse, la trottinette électrique ne requiert quasiment aucune adaptation. En quelques minutes, un débutant sait avancer, tourner et freiner sans encombre. Il faut du temps pour devenir un pilote aguerri et se mouvoir facilement en toutes circonstances, mais les premiers tours de roue ne sont pas laborieux.

Vitesse et autonomie : match nul

La puissance du moteur et la capacité de la batterie constituent deux critères prépondérants au moment du choix d’un engin. La première conditionne l’agrément de conduite, la vivacité et la vitesse maximale. La seconde détermine combien de kilomètres on peut parcourir avant d’avoir à recharger ses batteries. Sur ces deux terrains, gyroroues et trottinettes font globalement jeu égal à budget équivalent.

D’un côté comme de l’autre, on peut en effet trouver un engin capable de rouler à 25 Km/h et de tenir entre 20 et 30 Km de distance pour un budget compris entre 500 et 800 euros. Pour s’en convaincre, on pourra par exemple regarder la gyroroue Ninebot One E+ (600 euros environ) ou les trottinettes L8 et L8F d’Inmotion (à partir de 649 euros), qui ne sont que deux modèles parmi bien d’autres.

Investissement de départ : avantage trottinette

Voilà qui nous amène tout naturellement à la question du budget. Pour des primo-accédants, notre recommandation ira à des modèles situés dans les gammes évoquées précédemment. Il est cependant tentant de regarder ce que propose le marché en termes de véhicules premier prix.

La décision se joue autour du ticket d’entrée pour accéder à un véhicule suffisamment fiable et performant pour envisager un usage quotidien. Dans le monde de la trottinette, Xiaomi a établi un plancher efficace avec sa Xiaomi Mijia M365, qui se négocie assez facilement à moins de 400 euros pour peu que l’on soit prêt à commander sur une plateforme comme Gearbest.

Dans le monde des gyroroues, le plancher se situe légèrement plus haut. Si l’on écarte les modèles déconseillés comme ces roues Gyroboarder vues sur Vente-Privée, les premiers prix pour une roue de bonne facture se situent plutôt aux alentours de 550 euros (One E+, Inmotion V5F, KingSong KS14B…).

Agrément de conduite : avantage roue

Avec ses deux roues et son guidon, la trottinette électrique est facile à prendre en main. Confortable, elle permet de se déplacer sans effort et offre une maniabilité largement suffisante pour que l’on s’amuse en la pilotant. Dans le quotidien, elle offre cependant des sensations moins prenantes que la gyroroue.

Dès qu’elle est maîtrisée, la stabilisation gyroscopique se révèle nettement plus joueuse que la simple accélération à la gâchette d’une trottinette. La maniabilité est largement supérieure, et les amateurs chevronnés développent vite l’envie de s’exercer sur des terrains accidentés ou en marche arrière. Dans les deux cas, on profite d’un véritable agrément de conduite, mais s’il fallait choisir la plus joueuse des deux, c’est donc la roue qui emporterait notre suffrage !

En roue, on garde aussi les mains libres, même si on vous déconseille de profiter de cet avantage pour surfer sur votre smartphone 😉

Praticité au quotidien : avantage trottinette

Que faire de son véhicule une fois que l’on en descend ? La question conditionne le véritable usage au quotidien. Elle n’a donc rien d’anecdotique ! Les roues ou trottinettes « moyennes » évoquées dans cet article affichent un poids globalement similaire (entre 10 et 15 Kg) et font appel au même type de chargeur électrique. Aucune des deux n’est franchement agréable à promener dans des escaliers.

Elles diffèrent tout de même à différents niveaux. La trottinette électrique se plie facilement, ce qui permet de la ranger dans un coffre ou de la prendre avec soi dans un ascenseur. La plupart des modèles récents sont conçus pour que l’on puisse traîner l’engin derrière soi à la façon d’une valise. Pour de courts arrêts, on peut aussi envisager de l’accrocher au mobilier urbain à l’aide d’un antivol pour trottinette. Quelques modèles disposent de batteries amovibles, ce qui permet de dissocier stockage et recharge.

De l’autre côté, la roue est plus compacte, mais elle est moins flexible. Si elle dispose d’un trolley (intégré ou optionnel), le transport piéton n’est pas un problème, mais gare aux modèles qui en sont dépourvus ! Bien que les applications mobiles disposent de fonctions verrouillages à distance, il est également déconseillé de laisser sa roue dans la rue sans surveillance. Enfin, il est très rare de trouver des roues à batterie amovible.

L’avantage nous semble donc plutôt aller à la trottinette, qui se révèle également plus pratique dès qu’il s’agit de transporter un objet pendant la conduite.

xiaomi m35 portee au bras

Sécurité : (léger) avantage trottinette

Dernier point et non des moindres de ce comparatif : la question de la sécurité et des accidents potentiels. Comme pour le choix des modèles, nous ne parlons pas ici des vitesses qui dépassent les 25 Km/h réglementaires, mais plutôt d’une utilisation « standard ».

Avec ses deux roues, la trottinette se révèle plutôt simple à appréhender pour qui a déjà fait du vélo… Méfiance toutefois ! Les occasions de tomber sont nombreuses. Souvent, c’est au freinage qu’interviennent les plus grosses frayeurs, sur sol mouillé ou en virage par exemple. A ce niveau, toutes les trottinettes ne se valent pas, et c’est d’ailleurs souvent ce qui motive la réflexion autour du changement de type de pneu (plein, à gomme tendre ou à air). Il faut également se méfier des reliefs de la route, surtout quand on utilise une trottinette à petites roues…

Avec un peu d’expérience en gyroroue, on ne craint plus vraiment de tomber et l’on sait freiner ou changer de direction de façon très réactive. En théorie, on évite donc bien mieux les obstacles. Juché sur ses pédales à 12 ou 15 cm du sol, on est aussi plus grand et donc plus visible, même si l’on conserve l’encombrement au sol d’un piéton. Un pilote chevronné ne craint également pas de franchir un trottoir ou un bateau.

N’oubliez cependant pas que la chute ne prévient pas…. or en roue, l’arrêt brutal se traduit par une perte d’équilibre et une projection du pilote vers le sol. À faible vitesse, il est assez aisé de sauter de la roue et de se rattraper, mais passé un certain seuil, mieux vaut vraiment rester maître de son véhicule. Sur les groupes Facebook dédié à la roue, on voit de temps en temps passer des photos de wheelers accidentés qui rappellent la nécessité de porter des protections adaptées !

On donnera de ce fait l’avantage à la trottinette, plus rassurante, mais gardez en tête que le meilleur allié est une conduite prudente…

Conclusion : le coeur ou la raison ?

Arrivés au terme de cet article, comment conclure ? Sur les six points que nous avons choisi d’envisager, la trottinette ressort globalement gagnante pour tous les aspects liés à la simplicité d’accès et la commodité au quotidien. Elle incarne le choix de la raison, le véhicule pratique de celui qui veut passer à l’électrique et s’amuser sur deux roues sans trop d’effort. En face, la roue répondra mieux à ceux qui aspirent non seulement à se déplacer mais aussi à découvrir des sensations plus exotiques.

Notez que l’on se base ici sur un ressenti personnel et sur les témoignages de notre entourage mais il n’y a pas nécessairement de consensus sur ces différents aspects : n’hésitez donc pas à partager votre expérience via les commentaires !

A lire !

Test KingSong KS N10, le challenger à 800 euros
Tests
2187 vues4
Tests
2187 vues4

Test KingSong KS N10, le challenger à 800 euros

Alex - 30 octobre 2020

Deux ans après le lancement de ses premières trottinettes électriques, KingSong remet le couvert en 2020 avec deux nouvelles références,…

Test Fiido D11 : le vélo pliant justifie-t-il sa montée en gamme ?
featured
2259 vues5
featured
2259 vues5

Test Fiido D11 : le vélo pliant justifie-t-il sa montée en gamme ?

Alex - 1 octobre 2020

Après plusieurs vélos pliants commercialisés par l’intermédiaire des greniers chinois de type Geekbuying, la marque Fiido a décidé de passer…

Essai Inmotion V11 : la suspension est-elle l’avenir de la roue ?
featured
2480 vues2
featured
2480 vues2

Essai Inmotion V11 : la suspension est-elle l’avenir de la roue ?

Alex - 18 août 2020

Annoncée début avril et commercialisée à partir de la fin de l'été, la Inmotion V11 incarne une nouvelle proposition de…

4 Commentaires

  1. On peut se poser la question en tout début de réflexion, mais très vite le choix se fait non pas sur un raisonnement, mais plus sur un « univers ». Il suffit en général d’une initiation (dans les règles de l’art) pour révéler si on est roue ou trottinette.. L’analyse est juste, la trottinette est très fonctionnelle, plutôt fun et immédiatement utilisable , la roue est très fun, plutôt fonctionnelle et on doit y mettre un peu plus de soi. Mais c’est peut-être même parceque ça demande un effort d’apprentissage qu’on a une relation plus « de coeur » avec la roue qui vous en fait voir.

    Répondre
  2. Bonjour, dans les différents comparatifs je ne retrouve jamais de questions sur les mensurations des utilisateurs. Que choisir quand on est un peu « hors gabarit? » (1,95m et 100kg). J’aimerais avoir des avis.

    Répondre
    • Bonjour Pierre, les arguments pour et contre restent à mon sens un peu les mêmes : la roue garde son côté fun, la trottinette conserve l’aspect pratique et plus facile à prendre en main. La contrainte, c’est de bien choisir un engin adapté à ta morphologie. Pour une roue, on se tournera vers un modèle d’au moins 16 pouces, voire même plutôt 18 pouces , avec une bonne réserve de puissance moteur. Pour une trottinette, choisir un engin doté d’un moteur d’au moins 500W avec un châssis solide. Dans les deux cas, on perd un peu en compacité et ça oblige à un investissement plus important, mais tu gagneras en confort et en sécurité.

      Répondre
  3. Bonjour,
    Je ne comprends pas du tout la rubrique « Praticité au quotidien »
    Certes la trotinette se plie mais elle reste nettement moins compacte qu’une gyroroue, ça ne rentre pas dans une citadine et on peut difficilement mettre plus de 1 trotinette dans un coffre moyens alors qu’on peut mettre facilement 4 ou 5 gyroroue.
    On peut l’attacher avec un antivol par la poignée donc pas de différence avec la gyroroue de ce côté là. Elle rentre dans un caddie pour faire les courses, ou se manie aisément à une main avec le trolley…
    En plus pour transporter un objet, la aussi, c’est beaucoup plus simple en gyroroue car on a les mains libres. Personnellement je fait généralement mes courses avec la gyroroue.

    Répondre

Laissez un commentaire

Pas d'inquiétude, votre adresse reste privée.