Test Samebike LO26 : VTT pliant électrique à 700 euros

Alex
Rédigé le 21 octobre 2019
1443 vues 19 Commentaires

Notre test du jour est consacré à un VTT électrique pliant d’origine chinoise, le Samebike LO26. Vendu aux alentours de 650 euros depuis la Chine, ce vélo aux roues de 26 pouces ambitionne de réunir le meilleur de trois mondes : le tout terrain avec sa fourche doublée d’un amortisseur central, l’électrique avec un moteur 350W en roue arrière et le portable grâce à un système de charnière intégré au cadre. Que donne ce drôle de mélange dans la pratique et dans quelle mesure le constructeur a-t-il dû procéder à des compromis pour proposer ce vélo électrique à moins de 700 euros ? C’est ce que nous allons voir ensemble.

Bon plan, 19 mai : le LO26 dans sa version 500W (non homologuée) est référencé sur Gearbest à 800 euros, frais de port compris, avec une livraison en 5 jours depuis la Pologne.

samebile LO26 vtt pliant électrique

Test Samebike LO26 : les présentations

Commençons notre essai du Samebike LO26 par le traditionnel avertissement de routine : comme vous le verrez dans les lignes qui suivent, ce VTT adopte comme beaucoup de vélos initialement destinés au marché chinois une poignée d’accélérateur qui permet de profiter du moteur sans pédaler. Du fait de cette fonctionnalité, l’engin quitte d’un point de vue légal la case des vélos à assistance électrique (VAE) pour entrer dans celle des cyclomoteurs. Son utilisation est donc en principe proscrite sur la voie publique.

Samebike fait partie des marques chinoises qui tentent d’émerger sur le marché de la mobilité électrique en profitant des perspectives offertes à l’international par des plateformes comme Gearbest ou Aliexpress à l’international. Elle développe, fait fabriquer et commercialise des vélos pliants aux dimensions réduites, inscrits dans la droite ligne de ce qu’on connaît déjà avec les modèles signés Fiido (voir nos tests des vélos D1 et D3). Ces vélos s’adressent à ceux qui cherchent un vélo électrique peu encombrant, facile à ranger en appartement ou à emmener avec soi dans les transports en commun.

samebile LO26 zoom fourche

Avec le « LO26 », Samebike tente d’appliquer cette recette au segment des vélos tout terrain avec un VTT que l’on pourrait qualifier de « pleine taille », puisque son cadre s’articule autour de roues de 26 pouces de diamètre. Si le marché du VTT a largement pris le pli du 29 pouces depuis quelques années, ces 26 pouces restent une taille tout à fait adaptée à un VTT adulte.

Samebike LO26 : les caractéristiques

Commençons avec la partie « cycle ». Le LO26 de Samebike est proposée en plusieurs versions (noir et blanc), avec soit des jantes à rayons, soit des jantes monobloc en alliage comme celles qui équipent notre exemplaire. Il dispose à la fois d’une fourche à ressort no-name et d’un amortisseur arrière, ce qui en fait donc un VTT tout suspendu électrique. Rarement vu à un tel niveau de prix !

samebile LO26 zoom amortisseur central

Le vélo dispose en outre d’une transmission Shimano Tourney TZ à 21 vitesses (3 plateaux, cassette à 7 pignons), soit le premier prix de la marque japonaise. Il embarque par ailleurs des freins à disque avant / arrière de marque générique actionnés par un câble, qui semblent identiques à ceux des vélos Fiido.

dérailleur samebile LO26 shimano tourney

Sur la partie cycle au sens large, il ne faut pas longtemps pour valider la première impression en sortie de carton : l’équipement proposé par ce LO26 est du niveau de celui d’un VTT bas de gamme, ce qui signifie que le vélo n’est absolument pas adapté à une pratique engagée. Il est à peu près armé pour des balades en forêt et des randonnées sur chemin, mais n’a vraiment aucune autre prétention en matière de tout terrain.

samebile LO26 frein à disques

Du côté électrique, on est en présence de composants très génériques : le moteur de 350 watts est fourni par Bafang, la référence chinoise du secteur, associé à un affichage LCD lui aussi très courant (S830). Le vélo est alimenté par une batterie de 10,4 Ah en 48V logée dans la partie avant du cadre. Au guidon, on retrouve donc la poignée d’accélérateur évoquée précédemment, ce qui conduit à une inversion des poignées de frein comme sur la plupart des cyclomoteurs. Le frein arrière est donc à gauche, à côté du petit boitier à trois boutons qui permet de régler le niveau d’assistance du moteur et de naviguer dans les menus. On dispose également d’un phare avant, d’un klaxon et d’un réfléchisseur arrière.

samebile LO26 cassette dérailleur

Le LO26 à l’usage

Le vélo arrive dans un imposant carton, accompagné de quelques outils dédiés au montage et de garde boues avant / arrière à installer soi-même. Vous devrez également assembler les roues et le cintre puis régler au moins rapidement les freins et le dérailleur arrière pour pouvoir vous mettre en route. Deux clés de contact accompagnent le vélo. Il faut aller chercher sous le cadre, sous les câbles partis du  guidon, pour localiser l’emplacement incongru réservé à cette clé de contact. Elle sert effectivement à mettre le vélo sous tension (après l’avoir tournée, pression longue sur le bouton M pour démarrer), mais aussi à déverrouiller la batterie dans son logement grâce à l’action mécanique d’un téton passant à travers le cadre. C’est en effet l’une des bonnes idées du vélo : la batterie est amovible pour faciliter la recharge (ou un éventuel remplacement).

charnière samebile LO26

Une fois le vélo allumé, on peut régler l’assistance requise de 0 à 5 via les boutons haut et bas. Il suffit d’un ou deux tours de pédale pour que le moteur se mette discrètement en marche et accompagne le cycliste jusqu’à 25 km/h. L’assistance se révèle plutôt douce. Peut-être même un peu trop douce pour les plus pressés qui seront rapidement tentés d’actionner la poignée d’accélérateur pour profiter d’un surcroît de puissance. Samebike semble en effet avoir adopté ici un réglage mixte similaire à ce qu’on rencontre déjà sur d’autres vélos concurrents de type QiCycle EF1 : l’assistance est réglée à un niveau de puissance inférieur quand elle est actionnée grâce au pédalage.

samebile LO26 poignée

Une fois le vélo lancé, on tient sans grand effort une vitesse de 26 ou 27 km/h au compteur. On peut aussi choisir d’aller plus vite, mais il faut pour ce faire compter sur ses jambes. Les côtes s’avalent plutôt bien quand on arrive lancé, mais le moteur trouve assez vite ses limites en cas de départ arrêté ou de forte pente : dans ce cas, mieux vaut pédaler un peu pour l’aider. En tout terrain « modéré », l’assistance électrique amène une certaine aisance, et l’on se retrouve assez naturellement à utiliser ponctuellement la poignée pour des relances un peu plus dynamiques, ce qui n’est pas désagréable ! Il faudra par contre prévoir de placer un peu de mousse autour du carter qui protège la batterie : celui-ci a tendance à bringuebaler un peu à l’intérieur du cadre.

batterie samebile LO26

Débrider le LO26 ?

Comme souvent lorsqu’il s’agit de matériel générique, il existe des options permettant de débrider le vélo pour gagner quelques km/h même si le constructeur n’a pas prévu expressément cette possibilité. Vélo éteint, serrez le frein droit et laissez appuyé sur le bouton marche pendant une petite dizaine de secondes. Ensuite, éteignez et rallumez le vélo normalement : sa vitesse devrait maintenant atteindre les 30 km/h. Notez bien sûr que la manipulation ajoute encore au caractère non homologué du vélo. L’écran S830 vous donne par ailleurs accès à divers réglages (voir par exemple ce mode d’emploi au format PDF), dont le réglage de la vitesse maximale, l’intensité du rétroéclairage de l’affichage ou la désactivation de la poignée d’accélérateur.

samebile LO26 poignée gauche et boutons

Autonomie du Samebike LO26

Avec 10,4 Ah, la batterie est censée offrir 40 km d’autonomie en utilisation 100% électrique et jusqu’à 70 km en assistance au pédalage. Bonne nouvelle, la promesse semble plutôt respectée : nous avons pu rouler près de 30 km en ne pédalant que de façon marginale avec environ 25% de batterie restante à l’arrivée. Le test a été fait par un pilote d’environ 80 kg équipé sur des terrains plutôt plats. Compte tenu du niveau d’assistance fourni en parallèle du pédalage, il parait raisonnable d’envisager 50 à 60 km de route dans de bonnes conditions, ce qui répond plutôt bien aux usages randonnée ou vélotaff. La recharge s’effectue au moyen d’un chargeur dédié en à peu près 4h30.

compteur samebile LO26

Pliage et portabilité

Venons en maintenant à ce qui fait peut-être la principale spécificité de ce vélo électrique : le système de pliage et son encombrement une fois plié. La charnière centrale est protégée par un loquet de sécurité qui rend impossible toute ouverture accidentelle. Par son intermédiaire, on ouvre le vélo en deux temps trois mouvements… une fois qu’on a pris l’habitude de manipuler ses 23 kg ! La batterie, le moteur et l’épais cadre en aluminium contribuent en effet à faire du LO26 un vélo assez lourd, bien loin des standards en vigueur dans le monde du VTT sportif.

samebile LO26 plié

Une fois plié, le vélo tient debout assez naturellement grâce à une patte de maintien qui part du pédalier. On peut donc le poser assez facilement sans avoir peur de le voir tomber. Il reste cependant relativement imposant : plié du mieux possible, le vélo mesure toujours 103 cm de long et 104 cm de haut ! Du fait de ces dimensions difficilement compressibles, le LO26 ne rentre donc pas sans effort dans un coffre de voiture standard. Il faudra le plus souvent replier la banquette arrière. Le format limite également la capacité d’emport dans les transports en commun ou le train, où vous risquez de vous attirer l’ire des autres passagers.

En voiture, l’opération se révèle nettement plus confortable dans un SUV ou un monospace : cette fois, le vélo rentre très bien en hauteur avec ses 34 cm de profondeur.

Conclusion : notre avis sur le Samebike LO26

Ce test du Samebike LO26 amène finalement à une dernière question : a-t-on vraiment besoin d’un VTT pliant électrique à moins de 700 euros ? Après tout, si j’ai besoin d’un vélo pliant compact pour de l’intermodalité, j’ai sans doute intérêt à me tourner vers l’offre Fiido, le QiCycle ou le très correct Tilt 500 de Decathlon vendu aux alentours de 800 euros. Si à l’inverse je veux un vélo tout terrain dédié à une pratique sportive, il vaut sans doute mieux que j’économise un peu pour partir sur un véritable VTT électrique, quitte à lui trouver un garage adapté et un porte vélo pour ma voiture. Et si je cherche un vélo passe-partout capable d’emprunter des sentiers ou des chemins de forêt, c’est finalement un gravel électrique confortable qui me conviendrait.

samebile LO26

Avec son prix plancher et son équipement bas de gamme, le Samebike LO26 s’adresse donc finalement à celui qui pour une raison ou pour une autre spécifiquement à chacun des quatre critères évoqués plus haut : un VTT, pliant, électrique, et à petit prix. Si tel est votre cas, ça n’est pas un mauvais choix !

samebile LO26 zoom phare avant

A lire !

Test Fiido D11 : le vélo pliant justifie-t-il sa montée en gamme ?
featured
181 vues3
featured
181 vues3

Test Fiido D11 : le vélo pliant justifie-t-il sa montée en gamme ?

Alex - 1 octobre 2020

Après plusieurs vélos pliants commercialisés par l’intermédiaire des greniers chinois de type Geekbuying, la marque Fiido a décidé de passer…

Essai Inmotion V11 : la suspension est-elle l’avenir de la roue ?
featured
388 vues
featured
388 vues

Essai Inmotion V11 : la suspension est-elle l’avenir de la roue ?

Alex - 18 août 2020

Annoncée début avril et commercialisée à partir de la fin de l'été, la Inmotion V11 incarne une nouvelle proposition de…

KingSong verrouille les roues achetées en Chine via Aliexpress
Roue électrique
425 vues2
Roue électrique
425 vues2

KingSong verrouille les roues achetées en Chine via Aliexpress

Alex - 13 août 2020

Le constructeur chinois KingSong vient de prendre une mesure radicale pour lutter contre le marché gris : les roues achetées…

19 Commentaires

    • Bonjour est ce qq1 a su répondre à votre question ?
      Car cela m interesse je mesure plus de 190 cm pour un poids de 115 kg
      Si vous avez des infos merci de partager

      Répondre
      • Bonjour,

        c’est un vélo 26 pouces (donc des roues plus petites que le standard actuel en matière de VTT) avec un châssis lui aussi relativement petit. Je n’ai plus les dimensions précises en tête mais ça n’est pas un vélo super adapté à des profils très grands.

        Répondre
  1. Bonjour,
    Cet essai porte la marque d’un professionnalisme certain chez l’auteur, la marque aussi de la passion … et malheureusement son corollaire qui est la condescendance pour ce qui n’est pas un tant soit peu élitiste.
    Il est évident que ce vélo ne s’adresse pas à des VTTistes endurcis qui ne semblent jurer que par une encombrante machine sophistiquée à 4000 balles. (encombrante comme tout vélo normal !)
    « bas de gamme », poids loin des standards », « ne rentre donc pas sans effort dans un coffre » …. on insiste lourdement pour finalement proposer l’achat d’un gravel … et du garage et porte vélo !!!
    Finalement un bon tissu de mauvaise foi élitiste qui me confirme dans mon choix du SAMBIKE 500 watts à 900 euros chez Darty, batterie de rechange à 300 euros chez ALI EXPRESS.
    PS pour Enzo le vélo supporte 150 kilos !

    Répondre
    • Bonjour JPG, merci pour votre commentaire. L’idée n’est pas d’être condescendant, mais plutôt de bien faire comprendre aux acheteurs potentiels que ce vélo constitue par définition un compromis.

      Quand on est à la fois tout terrain, pliant, électrique et petit budget, on n’excelle sur aucun de ces chapitres. Pour un utilisateur qui souhaite disposer d’un vélo répondant à ces quatre critères, c’est un bon choix. Mais si l’un de ces critères prend le pas sur les autres, je ne recommande pas forcément le LO26.

      Aucune mauvaise foi ici : je pense et dis clairement que ce vélo n’est pas adapté à une pratique sportive du VTT (terrains engagés ou cassants, sauts etc). Après vous avez le droit de ne pas être d’accord et je serais ravi d’avoir votre retour, mais ça reste ma conclusion.

      Répondre
  2. Merci pour la cordialité de votre réponse malgré le coté abrupt de ma réaction !
    J’avais fait le même parallèle quand j’avais acheté une BETA ALP 4.0 (moto), les copains me brocardant joyeusement de ne pas avoir acheté une enduro pure et dure (genre KTM), et pourtant la BETA malgré son poids, ses composants d’entrée de gamme, son moteur dépassé et son gentil look ne m’a apporté que des satisfactions ! Je regrette amèrement de l’avoir vendu.
    Je ne manquerai pas de vous donner mon avis sur ce SAMBIKE … en 500 watts.
    Cordialement.

    Répondre
  3. Bonjour,
    Merci pour cet article qui m’éclaire bien et complète parfaitement une démo vue sur youtube.
    Ce vélo, (ou vélomoteur ?) me plaît bien pour le peu de trajets que j’ai à faire en ville.
    Par contre j’ai au moins quelques questions avant de me décider:
    1/ est-il conforme à la réglementation et peut-on l’utiliser en ville sans souci avec la police?
    2/ doit-on l’assurer en tant que vélo ou vélomoteur, et dans la même question faut-il l’immatriculer ?
    3/ comme il arrive en pièces détachées, d’aprés ce que j’ai vu sur youtube çà pourrait aller mais ce qui m’inquiète ce sont les différents réglages
    4/ y a-t-il un equivalent gosport, décathlon ou autre avec la possibilité d’assistance electrique complète

    Merci d’avance pour vos réponses

    Répondre
  4. bonjour
    pour un usage en ville et un peu de tout chemin , il est top , je ne suis pas un grand sportif et cela permet de sortir en 2 roues à la place de la voiture , le montage est facile et je n’ai pas eu un seul réglage de dérailleur a faire , il suffit d’un minimum de bon sens et savoir visser quelques vis . le rapport prix est très compétitif .

    Répondre
  5. Question bête mais peut on ajouter une fixation porte bagages a l’arrière ? Le fait que ce soit un vélo 26 pouce pliable ET électrique m’attire assez…

    Répondre
  6. Je suis enchanté d’avoir acheté ce vélo en 350 v Je m’en sert au quotidien pour la balade sur route et chemin de terre Je fait environ 35 km sur un circuit vallonné avec un dénivelé de 200 mètres j’utilise l’assistante en mode 2 La batterie chargée à bloc ne consomme que 30% de la charge Je me sert qu’exceptionnellement de l’accélérateur J’ai 69 ans et franchement pour mon usage c’est plus que parfait

    Répondre
  7. Bonjour,
    L’article parle d’un vélo 350W et plusieurs commentaires font référence à la version 500W. Mais je ne trouve pas de vélo à 500 W chez Darty. S’agit il du même vélo mais en version débridée ? Merci pour vos éclaircissements..

    Répondre
  8. La version 500w est vendu avec des roues a rayons mais Elle est surtout disponible sur les sites chinois comme Aliexpress ou gearbest de toute façon sur Darty c’est un vendeur tiers

    Répondre
  9. Bj ,j’ai le samebike lo26 350w . Pourriez vous me dire combien de magnet ce trouve dans le moteur car je pense avoir fait une erreur dans les réglages compteur en suivant un tuto YouTube expliquer sur un 500watt .depuis j’ai des raté au démarrage poignée. PS:j’ai indiqué 12 magnet, me suis-je trompé ??

    Répondre
  10. Bj ,j’ai le samebike lo26 350w . Pourriez vous me dire combien de magnet ce trouve dans le moteur car je pense avoir fait une erreur dans les réglages compteur en suivant un tuto YouTube expliquer sur un 500watt .depuis j’ai des raté au démarrage poignée. PS:j’ai indiqué 12 magnet, me suis-je trompé ??

    Répondre
  11. Bonjour
    Quand tu parle de magnet,je pense que tu parle des aimants du pédalier.
    En faîte il en á 6 aimants mais pas 12 comme tu la préciser.
    Cordialement

    Répondre
  12. Bonjour, je souhaiterais acheter le modèle 500w mais je ne trouve nul part l’information concernant le couple du moteur (nm) quelqu’un aurait il l’info ? Merci

    Répondre

Laissez un commentaire

Pas d'inquiétude, votre adresse reste privée.