Comment bien choisir sa trottinette électrique ?

Alex
Rédigé le 12 octobre 2019
70 vues

Vous envisagez l’acquisition d’une trottinette électrique mais ne savez pas bien comment vous y retrouver dans la jungle des modèles et des revendeurs ? Pas de panique, c’est normal ! L’effervescence qui entoure le marché de la mobilité électrique rend l’offre difficilement lisible. Dans ce guide, nous vous proposons donc un tour d’horizon des critères à prendre en compte au moment de choisir une trottinette électrique. Avec cette liste, vous allez pouvoir déterminer quelles sont les caractéristiques les plus importantes au regard de vos futurs déplacements. Il ne vous restera plus qu’à chercher un modèle correspondant à la fois à vos exigences et à votre budget. Vous êtes prêts ? Suivez le guide.

Les critères pour bien choisir sa trottinette électrique

Le marché de la trottinette électrique fait aujourd’hui le grand écart entre des modèles premier prix vendus quelques centaines d’euros et des engins ultra-puissants capables de tutoyer les 100 km/h. Entre les deux, le gros du marché se compose de modèles qui jouent sur des caractéristiques telles que la taille de la batterie, la puissance du moteur la qualité des suspensions ou la richesse des équipements pour créer des effets de gamme. Pour bien choisir votre trottinette électrique, commencez par déterminer quels sont pour vous les critères les plus importants parmi cette liste. Nous verrons ensuite dans quelle mesure on peut juger de la qualité des composants d’une trottinette au regard de ces critères.

La vitesse et les performances

C’est le paramètre qui fait rêver les jeunes chiens fous et les amateurs d’adrénaline. C’est aussi celui qui va fatalement poser problème au regard de la législation attendue à très court terme : bien que les trottinettes rapides soient aujourd’hui tolérées sur la route, on vous rappelle que le code de la route interdira bientôt les engins qui ne sont pas limités à 25 km/h. Si vous voulez arracher le bitume, c’est la puissance du moteur (ou plutôt des moteurs) que vous allez devoir étudier. Les engins vraiment rapides sont généralement équipés de freins et de suspensions adaptés, mais ça n’est pas toujours le cas : attention ici à ne pas acheter l’équivalent d’une Ferrari sans freins…

Dualtron Thunder

La Dualtron Thunder fait partie des modèles les plus performants du moment

L’autonomie

Elle constitue souvent le critère numéro un pour les adultes qui cherchent un outil de locomotion adapté à des déplacements quotidiens, soit comme moyen de transport principal, soit dans une optique d’intermodalité. À ce niveau, gardez bien en tête que l’autonomie affichée par les fabricants et les revendeurs est une valeur théorique, calculée (ou estimée) dans des conditions très avantageuses, avec par exemple un pilote de 60 kg qui roule en ligne droite à 10 km/h sur du plat. Votre pratique de la trottinette risque de se révéler moins favorable : si vous voulez être tranquille, partez du principe que le rayon d’action réel de votre future trottinette se situe aux deux tiers de ce qu’indique le constructeur.

L’autonomie dépend principalement de la capacité de la batterie, c’est-à-dire la quantité d’électricité qu’elle peut stocker. Cette valeur s’exprime soit en Ah (ampère-heure), soit en mAh (milliampère-heure). L’autonomie est par ailleurs influencée par la puissance du moteur et sa tension d’alimentation, le poids de la trottinette et bien sûr les conditions de conduite (relief du trajet, poids du pilote). Elle est donc à concevoir plutôt comme un ordre de grandeur que comme une valeur absolue. À titre indicatif, une trottinette comme la Xiaomi M365 Pro, dotée d’une batterie 12800 mAh, donne entre 20 et 25 km d’autonomie réelle pour un conducteur d’environ 75 Kg sur un terrain plutôt plat et sans utiliser le mode économie d’énergie.

Le poids et l’encombrement

Allez-vous fréquemment porter votre trottinette dans des escaliers ou dans les couloirs d’une gare ? Comptez-vous fréquemment la ranger dans votre coffre de voiture ? La réponse à ces questions conditionne la réflexion autour du poids maximum de votre futur engin, qui doit rester confortable tout au long de votre usage quotidien. À titre indicatif, les trottinettes électriques pour adulte les plus légères restent sous la barre des 10 kg. Les modèles populaires de type E-Twow Booster, Xiaomi M365 ou Ninebot ES2 se situent entre 11 et 13 kg. Les trottinettes « rapides » de plus grand gabarit comme les Speedway ou les Zero commencent quant à elles dans les 16 ou 17 kg, avec un poids qui peut rapidement s’envoler. Si le poids est une contrainte importante pour vous, veillez à ce que les modèles sélectionnés répondent tout de même à vos attentes en termes de fiabilité et d’autonomie.

Au-delà du poids, consultez également les dimensions de votre trottinette, surtout si vous comptez la ranger dans des endroits exigus. La M365 qui se présente comme un modèle plutôt compact occupe par exemple un espace important quant elle est pliée du fait de la forme de son châssis. Certaines trottinettes (E-Twow) proposent par exemple des poignées de guidon pliantes qui permettent de minimiser l’encombrement.

Tous ces éléments ont également un impact sur le confort et l’ergonomie de votre trottinette. Une trottinette munie d’un large deck permet par exemple de piloter avec les deux pieds joints, alors que les modèles fins imposent de garder un pied derrière l’autre.

Freinage et sécurité

Il faut de bons freins et une direction fiable pour pouvoir cohabiter sereinement avec les autres usagers de la route : l’exercice suppose en effet de pouvoir s’arrêter en urgence, esquiver un obstacle ou franchir sans encombre un défaut de la chaussée, même si cette dernière est humide. Le comportement d’une trottinette électrique dépend notamment de ses freins, de ses suspensions et de la nature de ses roues.

Côté freins, toutes les trottinettes électriques disposent généralement d’un frein électromagnétique qui exerce une contrainte sur la roue motrice pour forcer le ralentissement. Le principal intérêt de ce frein réside dans sa capacité à convertir une partie de la vitesse perdue en électricité pour recharger la batterie et donc améliorer l’autonomie. Autre avantage : il ne demande pas d’entretien particulier. Ses performances sont en revanche limitées. Le frein « moteur » est donc quasi systématiquement associé à un second dispositif, mécanique cette fois.

On rencontre sur le marché les solutions suivantes, classées par ordre d’efficacité :

– le frein au pied : hérité de la patinette, il permet de s’arrêter en exerçant une pression sur le pneu arrière grâce au garde-boue. C’est efficace, mais peu précis.

– le frein à tambour : installé dans l »une des roues (ou dans les deux), il fonctionne à l’aide d’un câble et d’une poignée de frein fixée au guidon.

– le frein à disque à câble : même topo, mais avec un système de disque ventilé associé à un étrier muni de plaquettes.

– le frein à disque hydraulique : devenu un standard dans le monde du VTT, il équipe certains modèles haut de gamme. Le freinage est plus puissant et plus précis, mais l’équipement est plus cher et peut exiger un entretien (purge).

Notez qu’il est tout à fait possible d’améliorer les freins après achat sur la plupart des modèles populaires.

Frein à pied pour la Ninebot ES2, frein à disque pour la Xiaomi M365

Taille des roues et suspensions

Le diamètre des roues et la largeur du pneu influencent à la fois la stabilité et la tenue de route. De façon générale, on privilégie des roues fines pour les petits déplacements urbains et l’on part sur des modèles plus imposants quand la trottinette a vocation à accomplir des trajets un peu plus long.

Du côté des pneus, on recense trois écoles principales :

– le pneu standard à chambre à air. Economique, il est aussi gage de confort puisque la chambre à air amortit une partie des cahots de la route. La contrepartie, c’est le risque de crevaison. Pour limiter au maximum les risques, prenez soin de suffisamment gonfler vos roues (3 à 4 bars sur un modèle comme la M365).

– le pneu plein. Pratique, bien qu’un peu pénible à monter sur une jante, il n’offre qu’un confort très limité, mais il est littéralement increvable. Certains pneus à gomme tendre améliorent le confort, mais ils ont tendance à s’user plus rapidement. On rencontre également des pneus pleins ajoutés (comme sur la Kugoo S1 Pro), mais cette structure censée faciliter l’absorption des chocs n’a que peu d’effet réel sur le confort.

– le pneu tubeless : ici le pneu fait contact de façon hermétique sur la jante, ce qui permet de se passer de chambre à air. C’est le must, mais on ne le rencontre par défaut que sur les trottinettes haut de gamme.

pneu dualtron x

Vous n’êtes pas obligés d’opter pour des pneus aussi larges !

Comment choisir ? Si vous êtes allergique à l’idée de changer une chambre à air, opter pour des pneus pleins devrait vous assurer une certaine tranquillité d’esprit, mais assurez-vous dans ce cas de disposer de suspensions correctes afin que votre trottinette ne soit pas trop « tape-cul » à l’usage. Notez que des pneus pleins sans suspension peuvent aussi fragiliser certains éléments sensibles (on pense notamment à la charnière de potence des M365).

Pour ce qui est des suspensions, la plupart des trottinettes électriques entrée et milieu de gamme adoptent des systèmes à ressort, mais on voit aussi apparaître de vrais amortisseurs à gaz ou à huile sur certains modèles populaires. L’idéal à ce niveau est d’avoir une suspension à l’avant et à l’arrière.

Izirod 2 roue avant

Frein à disque hydraulique et solide suspension pour la trottinette Izirod 2

L’équipement

Un autre ensemble d’éléments pourrait vous être utile pour faire votre choix : il s’agit de tous les équipements annexes dédiés à la sécurité ou au confort. Coté sécurité, on pense au premier lieu à l’éclairage. Son rôle ne se limite pas à vous montrer la route. Il vous donne surtout le moyen d’être vu par les autres véhicules ! C’est donc un point à ne pas négliger.

Pour ce qui est des éléments de confort, vous pouvez par exemple prêter attention à l’éventuel compteur intégré au guidon. Certaines trottinettes ne donnent aucune information si ce n’est le niveau de batterie restant. D’autres offrent un vaste éventail de données (allure, kilométrage, tension restante), avec parfois des possibilités en matière de réglages (notamment chez Minimotors ou Zero).

compteur kugoo s1 pro

La Kugoo S1 Pro est un premier prix, mais elle offre un compteur richement doté

La richesse du catalogue d’accessoires peut également se révéler un argument à prendre en compte, tout comme l’éventuelle présence d’une application mobile capable de communiquer avec la trottinette en Bluetooth.

Bien choisir sa trottinette électrique : le prix

En général, les acheteurs potentiels veulent tous un engin pratique, léger, performant et autonome, avec un maximum de gadgets, un débridage logiciel et un large catalogue d’accessoires. Ici, il faut comprendre que tout est toujours affaire de compromis : pour obtenir une grande autonomie, il faut une batterie de taille conséquente, ce qui signifie que la trottinette va fatalement prendre du poids. Une trottinette taillée pour le tout terrain va devoir embarquer des amortisseurs et des moteurs puissants : là encore, impossible à envisager sur une trottinette de moins de 10 kg. La même logique prévaut en ce qui concerne le prix : quelle que soit la filière d’approvisionnement, des composants de qualité correcte ont un coût, ce qui signifie qu’une trottinette électrique à 300 euros présentera fatalement des lacunes.

La fiabilité

Le dernier point, et non des moindres, concerne la fiabilité de l’engin qui vous intéresse. C’est sans doute le plus difficile à évaluer, puisque aucun modèle n’est à l’abri d’une panne. Ici, retenez deux choses.

– les engins de marque font généralement l’objet d’un meilleur contrôle qualité que les trottinettes no name vendues à bas prix, mais ça n’est pas une règle absolue. On a vu ces derniers mois certains modèles très haut de gamme faire l’objet de pannes récurrentes, avec par exemple des séries entières de contrôleurs défectueux.

– le choix de la boutique par laquelle vous allez acheter votre trottinette a son importance. Un achat en France, sur le Web ou en magasin, vous donne droit à une garantie théorique de deux ans. Elle est parfois difficile à faire valoir, notamment en cas de problème sur la batterie, mais elle vous protège un minimum. A l’inverse, l’achat en ligne sur des plateformes chinoises permet de profiter de tarifs attractifs, mais vous risquez fort de vous retrouver livré à vous-même en cas de problème technique.

Arrivés au terme de cet article, tout l’enjeu consiste désormais pour vous à comprendre quels sont les critères vraiment importants pour votre usage, et à analyser l’offre disponible au regard de votre budget. Et si vous préférez finalement partir sur une unique roue, n’hésitez pas à consulter notre guide dédié aux critères pour bien choisir sa gyroroue électrique.

 

 

A lire !

Test Samebike LO26 : VTT pliant électrique à 700 euros
Tests
10 vues
Tests
10 vues

Test Samebike LO26 : VTT pliant électrique à 700 euros

Alex - 21 octobre 2019

Notre test du jour est consacré à un VTT électrique pliant d'origine chinoise, le Samebike LO26. Vendu aux alentours de…

E-Twow Booster GT en approche
Trottinette électrique
50 vues
Trottinette électrique
50 vues

E-Twow Booster GT en approche

Alex - 13 octobre 2019

Dévoilée dans le courant de l'été, la trottinette électrique E-Twow Booster GT sera disponible d'ici la fin du mois d'octobre.…

Bon plan : Ninebot One Z10 à 1180 euros (entrepôt FR)
Roue électrique
787 vues4
Roue électrique
787 vues4

Bon plan : Ninebot One Z10 à 1180 euros (entrepôt FR)

Alex - 9 octobre 2019

Mise à jour du 9 octobre : Bon plan sur la Ninebot One Z10 en cette période de rentrée :…

Laissez un commentaire

Pas d'inquiétude, votre adresse reste privée.