Test Fiido D2, le petit vélo électrique taillé pour la ville

Alex
Rédigé le 28 novembre 2019
84 vues

Avec sa suspension arrière, ses roues de 16 pouces et son système de pliage central, le Fiido D2 est conçu pour les citadins qui souhaitent disposer d’un vélo électrique pratique et susceptible d’être rangé en intérieur. Mais que vaut vraiment ce vélo pliant vendu à moins de 500 euros depuis la Chine ? Réponse avec notre test du Fiido D2, ici dans sa version Shifting (D2S) munie d’un dérailleur à six vitesses.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, petite précision indispensable : comme tous les vélos de la gamme Fiido, le D2 dispose d’une poignée d’accélérateur qui permet d’actionner le moteur sans pédaler. À l’usage, c’est très agréable mais d’un point de vue réglementaire, la présence de cet accélérateur fait sortir le Fiido D2 de la catégorie des vélos à assistance électrique (VAE) pour entrer dans celle des véhicules terrestres à moteur.

face Fiido D2

Acheter le Fiido D2 au meilleur prix

Geekbuying propose des promotions agressives à l’occasion du Black Friday. Le D2 dans sa version 7,8 Ah est affiché à 417 euros mais on peut faire baisser le prix à 398 euros en entrant le code GKB250S au moment de valider la commande. La livraison se fait en deux à cinq jours via UPS, depuis un entrepôt européen.

Le D2S testé dans cet article est quant à lui référencé à 471 euros, mais on peut là aussi économiser 30 euros grâce à un code promo. Entrez le code 42N1WE9N au moment de valider votre panier, ce qui ramène le prix à 441 euros, là aussi avec une livraison depuis l’Europe.

Test Fiido D2S : les présentations

Le Fiido D2 fait partie de cette récente famille de vélos électriques qui adoptent un système de pliage pour s’adapter plus facilement à l’intermodalité. Une fois plié, le vélo rentre assez aisément dans un coffre de voiture, ce qui permet d’envisager de mixer les deux modes de transport pour aller travailler.

La marque Fiido ne vous est quant à elle certainement pas inconnue si vous lisez régulièrement Gyronews. Nous avons en effet déjà testé son premier modèle de vélo électrique pliant, le Fiido D1, ainsi qu’une variante au concept un peu différent, le Fiido D3. Le Fiido D2 s’intercale dans cette gamme avec une proposition de valeur semblable à celle du D1 mais remise au goût du jour pour tout ce qui touche à l’équipement.

Fiido D2

Il existe aujourd’hui deux versions du Fiido D2. La première reprend le pignon unique du D1. La seconde, celle que nous testons ici, embarque une cassette à six pignons associée à un dérailleur Shimano Tourney pour apporter un surcroît de polyvalence et de confort.

Fiido D2 : vélo électrique pliant petit format

Commençons par ce qui fait la spécificité du D2 : son système de pliage, très proche de ce qu’on avait déjà rencontré sur le D1. Le vélo se plie par le milieu du cadre grâce à une imposante charnière. Cette dernière est protégée par une épaisse poignée métallique doublée d’une clenche. A ce niveau, aucune crainte à avoir : le vélo ne risque pas de s’ouvrir en deux à l’improviste !

Fiido D2 zoom charnière

Le pliage s’effectue en ramenant la roue avant parallèle à la roue arrière, puis en déverrouillant le guidon pour que celui-ci vienne repose le long de la roue. Une fois plié, le vélo tient debout en s’appuyant à la fois sur sa béquille et sur une patte métallique spécialement prévue au niveau du pédalier. L’opération n’a rien de compliqué, mais il y a un petit coup de main à prendre sachant que le D2 pèse aux alentours de 19 kg.

Fiido D2 plié

Le système de pliage assure également la liaison entre la batterie intégrée dans la partie avant et le moteur situé en roue arrière. Le Fiido D2 dispose ici d’un moteur 250W intégré dans le moyeu et actionné soit par la poignée d’accélérateur, soit par un capteur installé au niveau du pédalier.

Une instrumentation sommaire

Au guidon, on retrouve l’instrumentation sommaire du D3. Il n’y a pas de compteur à proprement parler. C’est un petit boîtier muni de trois boutons qui sert à régler et contrôler le fonctionnement du moteur électrique. On allume l’ensemble via une pression longue sur le bouton marche, on utilise le + et le – pour sélectionner l’un des trois modes d’assistance proposés et l’on vérifie le niveau de la batterie via un bandeau de LED rouges. La commande du klaxon et du phare avant sont déportées sur un petit boîtier spécifique.

Fiido D2 poignée gauche

L’absence de compteur n’est pas forcément un problème, surtout si l’on considère que l’usager installe un support pour smartphone, mais l’odomètre manque pour monitorer un peu précisément le niveau de charge. L’indicateur à LED, par définition moins précis qu’une véritable jauge, réagit en effet à l’intensité du courant mesurée en sortie de batterie, ce qui signifie qu’il peut varier en fonction de la puissance de l’effort demandé au moteur.

Au guidon, on retrouve également l’accélérateur évoqué en introduction, la manette de dérailleur ainsi que les leviers de frein. Attention : du fait de la présence d’une poignée d’accélération, le frein arrière est monté à gauche, comme sur un scooter ou une moto. Notez par ailleurs que le guidon n’est pas réglable en hauteur, contrairement à la selle.

Fiido D2 poignée droite accélérateur

Roues de 16 pouces, amortisseur central et moteur 250W

Avec ses roues de 16 pouces et ses dimensions réduites, le Fiido D2 n’est pas idéal pour les personnes de plus de 185 cm. En dessous de cette taille, on trouve en principe à s’installer à peu près aisément à son guidon. L’amortisseur central participe au confort de la selle, et au comportement plutôt sain du vélo lors du franchissement de petits obstacles.

Le moteur de 250W est quant à lui censé emmener des pilotes dont le poids va jusqu’à 120 kg, mais dans les faits, le Fiido D2 n’est pas particulièrement un foudre de guerre. On peut rouler chargé ou attaquer des pentes raides mais le moteur s’essouffle quand même assez rapidement si l’utilisateur ne pédale un peu. Quand les jambes travaillent, l’assistance joue bien son rôle : on fatigue nettement moins qu’avec un vélo 100% musculaire !

Fiido D2 zoom cassette

L’accélération se déclenche donc soit à la poignée, soit après l’équivalent d’un tour de pédalier. On observe une petite latence au décollage et l’assistance se prolonge parfois pendant une demi-seconde après qu’on a arrêté de pédaler, comme souvent sur cette catégorie de vélos de premier prix. Les trois modes font plafonner l’assistance au pédalage à respectivement 10, 15 et 20 km/h. En actionnant l’accélérateur, on profite d’un surcroît de puissance qui porte la vitesse de pointe aux alentours de 25 km/h quand la batterie est chargée. La vitesse de pointe s’amenuise légèrement au fil des kilomètres.

Les roues de 16 pouces offrent quant à elles un bon compromis en matière de maniabilité et de franchissement. Le Fiido D2 se faufile partout sans difficulté, et l’on ne souffre pas particulièrement des imperfections de la route. C’est un peu moins agréable en tout-terrain, mais là encore ça n’est pas vraiment la destination de l’engin.

Fiido D2 disque arrière

Batterie 7,8 Ah

La batterie offre une capacité de 7,8 Ah, suffisante pour rouler une petite vingtaine de kilomètres en pur électrique. On peut ainsi tabler sur entre 30 et 40 km d’autonomie en profitant de l’assistance tout en pédalant. Ça n’est pas énorme, mais l’intégration d’une batterie de plus grande capacité supposerait une construction différente et un léger surpoids. Le rayon d’action reste à ce niveau satisfaisant si l’on considère le D2 comme un vélo dédié à des petits trajets de quelques kilomètres.

La recharge se fait via un transformateur 42V 2A fourni, avec un port de recharge assez mal placé. Il se situe en effet sous le cadre, pile à l’endroit où passe la grosse gaine de câbles desservant l’arrière du vélo, ce qui oblige à tâtonner pour insérer la fiche.

Votre Fiido D2, avec ou sans dérailleur ?

Le dérailleur six vitesses du Fiido D2S est un Shimano Tourney, la référence d’entrée de gamme du constructeur japonais, qui mérite d’être réglé à la sortie du carton. Les grands pignons seront pratiques si vous empruntez des trajets particulièrement pentus ou si vous avez l’habitude de circuler à petite vitesse. Pour le reste, il est fort possible que vous vous cantonniez à l’un des petits pignons, et jouiez avec l’assistance électrique pour vous élancer ou faire face aux petits reliefs de la route. Si vous êtes dans ce cas de figure, la question de choisir plutôt le Fiido D2 sans dérailleur se pose. Après tout, plus la mécanique est simple et moins le vélo exige de maintenance.

Fiido D2 roue arrière

Le Fiido D2 ou D2S dispose par ailleurs de freins à disque avant et arrière. Entraînés par câble, ils offrent un freinage très correct mais peuvent eux aussi demander un petit ajustement en sortie de carton.

Test Fiido D2 : avis et conclusion

Au terme de quelques jours de test, le Fiido D2 tient la plupart de ses promesses. On retrouve la simplicité d’usage qui nous avait déjà séduit sur les autres modèles du constructeur, assortie d’un confort supplémentaire et d’un design plutôt réussi. Les performances et l’autonomie sont relativement modestes au regard de ce que proposent les VAE « plein format » avec des roues de 26 pouces et plus, mais le Fiido D2 ne joue pas tout à fait dans la même cour que ses grands frères. Lui s’adresse à ceux qui veulent un vélo peu encombrant, conçu pour boucler sans effort des trajets de quelques kilomètres. Son tarif ultra compétitif en fait un incontournable sur ce terrain !

A lire !

Elwing Powerkit, le skate électrique sur mesure
Skate Electrique
56 vues
Skate Electrique
56 vues

Elwing Powerkit, le skate électrique sur mesure

Alex - 1 décembre 2019

Les bordelais d'Elwing Boards lancent leur nouveau concept à l'occasion des fêtes de fin d'année. Baptisé Powerkit, il s'apparente à…

Black Friday : les bons plans mobilité électrique
Trottinette électrique
90 vues3
Trottinette électrique
90 vues3

Black Friday : les bons plans mobilité électrique

Alex - 28 novembre 2019

Impossible de passer à côté du phénomène : la fin du mois de novembre donne désormais lieu à une période…

Test Ninebot Max G30 : une réussite
featured
117 vues
featured
117 vues

Test Ninebot Max G30 : une réussite

Alex - 26 novembre 2019

Lancée en France à l’occasion des fêtes de fin d’année, la Ninebot Max G30 se veut l’incarnation de l’expérience acquise…

Laissez un commentaire

Pas d'inquiétude, votre adresse reste privée.