Test Ninebot Max G30 : une réussite

Alex
Rédigé le 26 novembre 2019
117 vues

Lancée en France à l’occasion des fêtes de fin d’année, la Ninebot Max G30 se veut l’incarnation de l’expérience acquise par Segway-Ninebot et Xiaomi sur le marché des trottinettes électriques. Elle corrige ou améliore la plupart des défauts constatés sur les modèles de génération précédente, tout en promettant des prestations en hausse en matière de confort et d’autonomie. Lancée à 799 euros prix public conseillé, elle se présente aussi comme une forme de montée en gamme par rapport aux Ninebot ES2 et autres Xiaomi M365. Bonne nouvelle : confrontée à l’épreuve de la route, la nouvelle venue tient ses promesses, même si les avantages qu’elle procure ne s’obtiennent pas sans quelques compromis. Envie d’en savoir plus ? Bienvenue sur notre test exclusif de la Ninebot Max G30.

Acheter la Ninebot Max G30 au meilleur prix

La Ninebot Max G30 commence à être bien référencée en France, notamment chez la Fnac qui la propose à 799 euros (prix public), avec 5% de réduction pour les adhérents, soit 759 euros, auxquels il est possible d’ajouter les avantages liés aux opérations événementielles du Black Friday. MobilityUrban la propose de son côté à 790 euros, en ligne et dans ses différentes boutiques.

Si vous êtes prêt à accepter un délai de livraison d’environ six semaines et les incertitudes liées au SAV, les marchands chinois qui s’affranchissent de la TVA affichent des tarifs défiant toute concurrence. Comptez 550 euros chez Geekbuying, et 538 euros chez Gearbest !

Ninebot Max G30

Test Ninebot G30 : les présentations

Si vous êtes un habitué des trottinettes de la marque, vous comprendrez sans mal la filiation de cette nouvelle Ninebot Max G30. En simplifiant, disons qu’il s’agit d’un croisement entre la Ninebot ES2 et la Xiaomi M365 auquel les ingénieurs de Segway ont appliqué un traitement sous protéines pour le rendre plus robuste et plus endurant. Les apports les plus notables sont le passage à des roues de 10 pouces à pneus tubeless, le passage à un moteur 350W en roue arrière, l’intégration d’un frein à tambour sur la roue avant et l’installation d’une batterie 15 Ah censée délivrer jusqu’à 65 km d’autonomie. En contrepartie, la Ninebot Max G30 perd un peu de la finesse des traits d’une M365. Plus massive sur le plan visuel, elle est aussi nettement plus lourde, avec un poids mesuré à 18,7 Kg (contre 12,5 kg pour la M365 et 14 kg pour la M365 Pro).

Ninebot Max G30 compteur et guidon

Commençons le tour du propriétaire par le guidon, orné de poignées en plastique rigide. A droite, on retrouve une gâchette d’accélération très classique, ainsi que l’accroche montée sur ressort qui sert à bloquer la trottinette en position fermée. A gauche, Ninebot inaugure une sonnette tournante intégrée à la poignée et, bonne nouvelle, elle se révèle vraiment sonore ! En la tournant dans un sens ou dans l’autre, on obtient un vrai son de sonnette de vélo, avec un volume suffisamment élevé pour attirer l’attention d’un piéton. La partie gauche est également ornée d’une poignée de frein classique, qui actionne à la fois le frein électromagnétique du moteur et le frein à tambour intégré à la roue avant. Au centre du guidon, la tête de la potence accueille le compteur LCD de la M365 Pro, mais avec une intégration revue pour offrir une meilleure résistance globale. Les modifications se traduisent par l’apparition de têtes de vis apparentes qui n’entravent en rien la lisibilité, toujours excellente même en plein jour. L’écran affiche la vitesse instantanée, le niveau de batterie restant et le mode de conduite sélectionné (éco, drive ou sport). Il dispose également de voyants pour signaler la présence d’une connexion Bluetooth, une surchauffe des composants ou une panne moteur.

charnière Ninebot Max G30

Une nouvelle charnière robuste

Au déballage, l’utilisateur doit enficher lui-même le guidon en haut de l’axe de la potence et fixer l’ensemble grâce aux vis et à la clé allen fournie. Les vis et le procédé de montage sont identiques à ceux de la Ninebot ES2, mais on passe ici de 4 à 6 vis pour renforcer la tenue générale.

La Ninebot Max G30 fait toujours l’impasse sur le guidon réglable en hauteur. Elle inaugure en revanche un nouveau mécanisme de charnière particulièrement attendu dans la mesure où le lock fait partie des vulnérabilités les plus évidentes de la M365. La grande poignée se bloque toujours à l’aide d’un verrou rotatif, mais elle s’ouvre désormais vers l’avant. Le système de réglage de la potence reste quant à lui inspiré de celui de la M365 avec un axe central muni d’un écrou pour ajuster la tension de la fermeture, mais l’ensemble inspire d’emblée nettement plus confiance. Inutile de procéder à des réglages en sortie de carton, la charnière est bien ajustée, et l’on n’a plus la zone de contrainte centrale qui amène les utilisateurs de M365 à changer le lock d’origine par un modèle renforcé. Bref : en tant que filiale de Xiaomi, Segway-Ninebot était attendu sur ce sujet sensible et le pari semble remporté.

roue avant et frein tambour Ninebot Max G30

Pas de suspension mais des roues 10 pouces tubeless

Ceux qui espéraient l’arrivée d’amortisseurs dignes de ce nom dans la gamme Ninebot en seront pour leurs frais : la Max G30 fait l’impasse sur la suspension dédiée, mais cela ne signifie pas que la trottinette n’est pas confortable, bien au contraire ! Le constructeur a en effet procédé à deux modifications bienvenues par rapport à ses modèles précédents. D’abord, il passe à des pneus tubeless, ce qui permet de garder le bénéfice de l’air pour amortir les cahots de la route sans risquer la crevaison à tout bout de champ. Ensuite, il passe sur des roues de 10 pouces de diamètre (contre 8,5 pouces sur la M365), ce qui améliore les capacités de franchissement sur les petits défauts du bitume et contribue grandement à l’agrément du pilote. En revanche, les pneus (CST 60/70-6.5) n’offrent pas une adhérence exceptionnelle sur route mouillée. Au centre de la fourche ornée par deux réflecteurs, la jante cerclée en jaune / orange abrite un frein à tambour commandé par un câble correctement gainé.

deck trottinette électrique Ninebot Max G30

Côté deck, les lignes sont familières, mais les dimensions sont plus cossues. La plateforme affiche fait environ 69 cm de long, (7cm de plus que la M365 Pro), et 17 cm de large (+ 1,5 cm), avec une garde au sol limitée à 8 cm. Le revêtement lisse assorti de losanges en relief rappelle celui utilisé sur la gamme ES. Du point de vue du confort, cette prise d’embonpoint est plutôt une bonne nouvelle puisqu’on peut plus facilement ajuster sa position ou déplacer ses pieds.

Sur les côtés, on trouve la traditionnelle béquille et la prise de recharge. Ici, vrai progrès : Ninebot a intégré un transformateur à sa trottinette, ce qui permet de la recharger avec un simple câble à trois broches en trèfle (fourni). L’avantage, c’est qu’un câble de ce type coûte environ 6 euros : vous pouvez aisément le remplacer en cas de perte ou en acheter un deuxième pour le laisser au bureau. Au besoin, une seconde prise de charge permet d’utiliser le bloc chargeur fourni avec les trottinettes ES1 ou ES2. Ces deux connecteurs de recharge sont par ailleurs protégés par une trappe à ressort munie de tétines en caoutchouc. Une fois bien installée, elle garantit l’étanchéité du deck.

Ninebot Max G30 ports de recharge

La roue arrière, toujours dépourvue de suspension, accueille quant à elle le moteur 350W avec freinage récupératif. Elle est surmontée par un garde-boue plongeant orné d’un feu stop et d’un petit ergot qui sert à bloquer le guidon de la trottinette en position pliée. Ici, on retrouve les lignes esthétiques de la M365 mais sans la fragilité caractéristique du garde-boue de cette dernière. La pièce a été solidement rigidifiée et elle dispose d’une embase plus large sur le deck. En roulant, RAS : il y a bien quelques vibrations mais aucun bruit gênant et surtout aucun contact avec le pneu. Le feu stop est donc (en principe) en sécurité, même sans ajout d’un renfort latéral.

Ninebot Max G30 : performances, freinage et tenue de route

Sur le volet des performances, Ninebot indique que sa petite dernière est conçue pour un poids maximum de 100 kg et capable de franchir des pentes de 20 degrés. Elle est également réglée pour ne pas dépasser les 25 km/h qui sont la nouvelle contrainte légale en France pour les EDPM. Notez qu’il existe d’ailleurs une variante baptisée G30D (pour Deutschland) de la Ninebot Max limitée à 20 km/h pour répondre aux exigences, plus strictes, de la réglementation allemande.

Par défaut, la trottinette est toujours réglée pour ne se déclencher qu’après que le pilote a atteint 3 km/h. Il faut donc donner une impulsion du pied pour s’élancer avant que le moteur entre en action. L’accélération est douce et linéaire jusqu’à 25 km/h, vitesse de pointe qu’un pilote de 80 kg atteindra en une vingtaine de mètres sur un sol plat. Rien d’ébouriffant ici, mais la Ninebot Max G30 fait le job sans sourciller. Elle se tire également plutôt bien des côtes prononcées, surtout si le conducteur arrive lancé, mais à une allure plus réduite. Bref ici, pas vraiment de surprise, les performances sont à l’avenant de celles d’une Xiaomi Pro.

phare avant Ninebot Max G30

Le phare avant éclaire étonnamment bien !

La tenue de route se révèle quant à elle excellente par temps sec, et correcte quand le sol est humide. La Ninebot Max G30 offre une conduite précise et des appuis stables. Pas de grincement, pas de couinement, on peut sans aucune crainte tirer un peu sur le guidon pour franchir un petit obstacle. Bien sûr, on n’est pas au niveau de ce que propose une trottinette avec double suspension avant et arrière mais l’agrément est vraiment au rendez-vous, et même un pilote inexpérimenté se sentira rapidement en confiance.

Le double système de frein (électromagnétique à l’arrière, tambour à l’avant) suscite également l’adhésion. Le freinage n’a pas le mordant d’un système hydraulique sur disque, mais il est puissant et progressif. Corollaire de ces aspects rassurants : les 25 km/h max paraissent rapidement insuffisants, surtout sur de longs trajets !

Une autonomie de chameau

Ninebot promet jusqu’à 65 km d’autonomie grâce à la batterie 15 Ah embarquée. À titre de comparaison, c’est près de trois fois la capacité batterie d’une ES2 (5200 mAh). Comme toujours, il s’agit d’une estimation liée à des conditions d’utilisation idéales, mais force est de constater que la Ninebot Max G30 offre un rayon d’action très conséquent. En conduisant exclusivement en mode sport (25 km/h) par temps frais sur des terrains globalement plat, j’ai aisément parcouru 40 km, sachant que je pèse environ 80 kg une fois habillé et équipé. Au terme de cette distance, l’application indique encore 15% de batterie restante. Il est donc tout à fait réalise d’envisager 45 ou 50 km d’autonomie réelle, surtout si on utilise les modes éco et drive qui ménagent la batterie.

Ninebot Max G30 logo

À partir d’environ 60% de batterie restante, on observe tout de même une légère dégradation des performances. L’accélération perd un peu en dynamisme, et le compteur affiche plus facilement 22 ou 23 km/h en vitesse de pointe dès qu’un petit faux plat ou un vent de face se fait sentir.

Application mobile et réglages

Segway-Ninebot reste fidèle à son application mobile, disponible sur iOS et Android, identique à celle que connaissent déjà les utilisateurs de M365 ou de Kickscooter ES. L’écran principal affiche l’allure instantanée ainsi qu’une estimation du kilométrage restant et le niveau de charge de la batterie. Il permet d’activer le mode piéton (vitesse limitée pour marcher à côté de la trottinette sans effort) et régler le niveau de récupération d’énergie au freinage (qui se traduit par le niveau de frein moteur exercé lorsqu’on relâche l’accélérateur). L’option régulateur de vitesse est également toujours de la partie : quand elle est activée, la trottinette émet un bip après 5 secondes à vitesse constante pour signaler à l’utilisateur qu’il peut libérer la gâchette d’accélération. L’application permet également d’installer une éventuelle mise à jour de firmware.

Ninebot Max G30 compteur

La présence d’un contrôleur Bluetooth laisse par ailleurs imaginer qu’il sera bientôt possible de débrider la Ninebot Max G30. Une solution a d’ores et déjà été identifiée, mais elle exige de passer par un contrôleur de Ninebot ES2 débridé, un procédé bien plus complexe que le débridage logiciel.

Ninebot Max G30 : notre avis et conclusion

La Ninebot Max G30 arrive sur le marché après la déferlante des flottes de trottinettes en libre-service et l’on sent que Segway-Ninebot a appris de cette expérience. La nouvelle venue corrige en effet la plupart des défauts de ses prédécesseurs pour tout ce qui concerne la construction et la fiabilité mécanique. Il est encore trop tôt pour affirmer avec certitude que les modèles Max ne seront pas touchées par des défauts en série, mais le modèle qui nous est passé entre les mains nous est apparu robuste et bien fini (on précise au passage ici qu’il s’agit d’un exemplaire commercial acheté par nos propres moyens et non d’un prêt produit émanant du constructeur). Le confort de conduite et l’agrément sont également au rendez-vous, tout comme l’autonomie. Ces différents éléments font de la Ninebot Max G30 une excellente trottinette électrique pour le quotidien. Elle a par ailleurs le mérite de rester dans les clous de la réglementation, sans question à se poser en cas de contrôle.

Ninebot Max G30 pliée

Attention tout de même au poids et à l’encombrement : si vous devez souvent manipuler votre trottinette pour gravir des escaliers ou prendre les transports en commun, ses dimensions et ses 18 kg risquent de se révéler assez vite pénalisants. Mieux vaut dans ce cas se tourner vers un engin de type E-Twow Booster, nettement plus léger et également très agréable à piloter, ou vers une M365 standard.

La dernière question – et non des moindres – est celle du prix. La Ninebot Max G30 est proposée à 799 euros en prix public conseillé, soit un tarif deux fois supérieur à celui d’une M365. En pratique, on peut d’ores et déjà la trouver aux alentours de 750 euros en France via le jeu des promos associées aux dispositifs de type carte Fnac. La Ninebot Max G30 peut également se trouver aux alentours de 550 / 600 euros sur les sites de vente chinois, mais il faut alors prévoir des délais de livraison rallongés et accepter l’idée d’un SAV très limité. Le positionnement tarifaire nous semble légitime au vu des prestations, mais il amène la Ninebot Max G30 face à des modèles comme la Speedway Mini 4 Pro ou la SpeedTrott ST12, qui offrent une autonomie moins importante mais délivrent des performances supérieures.

Comme toujours, le choix dépendra des critères prioritaires de chacun. En attendant, difficile de ne pas recommander la Ninebot Max G30 !

A lire !

Elwing Powerkit, le skate électrique sur mesure
Skate Electrique
55 vues
Skate Electrique
55 vues

Elwing Powerkit, le skate électrique sur mesure

Alex - 1 décembre 2019

Les bordelais d'Elwing Boards lancent leur nouveau concept à l'occasion des fêtes de fin d'année. Baptisé Powerkit, il s'apparente à…

Black Friday : les bons plans mobilité électrique
Trottinette électrique
89 vues3
Trottinette électrique
89 vues3

Black Friday : les bons plans mobilité électrique

Alex - 28 novembre 2019

Impossible de passer à côté du phénomène : la fin du mois de novembre donne désormais lieu à une période…

Test Fiido D2, le petit vélo électrique taillé pour la ville
Tests
83 vues
Tests
83 vues

Test Fiido D2, le petit vélo électrique taillé pour la ville

Alex - 28 novembre 2019

Avec sa suspension arrière, ses roues de 16 pouces et son système de pliage central, le Fiido D2 est conçu…

Laissez un commentaire

Pas d'inquiétude, votre adresse reste privée.