Accidents de trottinettes en hausse : et alors ?

Alex
Rédigé le 11 octobre 2018
363 vues 6 Commentaires

Le succès de la trottinette électrique se traduit-il par une augmentation du nombre d’accidents recensés ? La question n’est pas anodine à l’heure où le gouvernement se prépare à clarifier le statut des NVEI et leur place sur la voie publique. A ce titre, il est donc intéressant d’analyser les statistiques, mais attention à ne pas en tirer des conclusions hâtives ou erronées…

Cette semaine, on a pu lire dans les colonnes numériques du Parisien un article intitulé « Les accidents de trottinette en forte hausse ». Issu de la cellule infographie du quotidien, il se base sur les statistiques de la sécurité routière et examine l’évolution du nombre d’accidents corporels impliquant des trottinettes et des rollers entre 2013 et 2017. Il n’est donc pas spécifiquement question de véhicules électriques, mais le visuel d’ouverture montre une trottinette en libre service de chez Lime.

BFM reprend l’info quelques heures plus tard en ouvrant là encore sur l’arrivée des trottinettes électriques en libre service. Le titre est encore plus choc : cette fois, les accidents de trottinette explosent en Île-de-France. Les Echos s’y met ce matin, mais avec un traitement plus sobre.

Nous avons repris les chiffres pour les remettre en perspective. Vous allez voir qu’en réalité, le tableau est plus nuancé…

D’où viennent ces statistiques ?

Les chiffres exploités par le Parisien sont ceux de la sécurité routière. Ils sont en accès libre sur la plateforme open data du gouvernement dans la base de données dédiée aux accidents corporels de la circulation. Les différents fichiers proposés pour 2017 classent les quelque 136000 accidents répertoriés en fonction de nombreux critères comme le lieu, les circonstances, l’âge de la victime ou le moyen de locomotion employé.

Les données 2017 donnent au niveau national 292 accidents corporels impliquant « un piéton en roller ou en trottinette ». Dans le lot, 4 victimes ont été considérées comme indemnes : il reste donc 288 blessés ou tués (et non 287 comme l’écrit le Parisien), avec 5 décès enregistrés.

statistiques sécurité routière

C’est sur ce chiffre que se base le Parisien pour déterminer la « forte hausse » sur un an : en 2016, on recensait effectivement 231 blessés et 6 tués. L’augmentation du nombre de blessés est donc de 23% sur un an. Vous noterez que dans le même temps, le nombre de tués baisse de 16,667% (on passe de 6 à 5), mais le journal n’a pas souhaité mettre cette donnée en avant. Elle a pourtant à peu près le même intérêt statistique que la précédente…

Un secteur en plein essor

Pourquoi ça nous dérange ? L’infographie n’est pas fausse sur le plan factuel (on pardonne la petite erreur dans les chiffres, ça arrive à tout le monde !), mais elle ne présente pas correctement le contexte des Engins de Déplacement Personnel.

Non contente de mélanger rollers et trottinettes (en affirmant sans le justifier que l’usage du roller a diminué) Elle oublie en effet de s’intéresser à l’évolution du nombre de trottinettes en circulation sur la même période. Pour que ces « 23% » aient du sens, il faudrait les analyser au regard de l’évolution constatée sur l’ensemble de la population concernée qui réunit donc les amateurs de rollers, les adeptes de la trottinette traditionnelle (dont les enfants) et en fin de parcours les utilisateurs de trottinettes électriques.

Sachant qu’on estime à environ 50 000 le nombre de trottinettes électriques vendues en France en 2017 et que le marché de la trottinette mécanique concerne des volumes nettement supérieurs, que pèsent vraiment 67 blessés supplémentaires en un an à l’échelle d’une population qui a peut-être augmenté de 100 000 individus sur la même période ?

Surtout, l’analyse et les illustrations qui l’accompagnent font un focus injustifié sur les véhicules électriques, alors que ces derniers ne sont pas spécifiquement concernés par les chiffres. C’est un biais d’interprétation qui ne changera pas la face du monde mais nous semble un peu facile en ces temps où tout le monde s’intéresse à la mobilité électrique.

Que faudrait-il faire ?

L’essor des NVEI auprès des particuliers se double de l’arrivée des flottes en libre service de Bird, Lime et autres Taxify : il est effectivement important de bien mesurer l’impact de ces engins en termes d’accidents, notamment vis-à-vis des piétons qui sont la population la plus exposée. On doit tenir compte de ces chiffres pour réfléchir aux évolutions du cadre réglementaire, mais on ne peut pas se contenter de raccourcis trompeurs, d’autant que le filon a déjà été exploité par M6.

La bonne nouvelle, c’est que le sujet a bien été pris en compte : depuis le 1er janvier 2018, la Sécurité routière a intégré les NVEI en tant que catégorie de véhicule spécifique dans le recueil des statistiques. Début 2019, on saura donc quantifier plus précisément les accidents corporels impliquant des trottinettes, des gyroroues ou des skates électriques. Il sera bien temps de faire des infographies effrayantes à ce moment là !

Sur le sujet, voir aussi : Assurance, responsabilité civile et NVEI : où en sommes-nous ?

 

A lire !

La micro-mobilité électrique bientôt encadrée par les maires ?
Réglementation
73 vues1
Réglementation
73 vues1

La micro-mobilité électrique bientôt encadrée par les maires ?

Alex - 9 décembre 2018

La loi d'orientation des mobilités, chargée de préciser la façon dont les skates, roues et trottinettes électriques peuvent et doivent…

Ninebot One Z10 : le test de la roue du moment !
featured
70 vues1
featured
70 vues1

Ninebot One Z10 : le test de la roue du moment !

Alex - 8 décembre 2018

Après quelques centaines de kilomètres parcourus, il est temps de vous livrer le test de la très attendue Ninebot One…

ESCIS by Kos : une gyroroue custom pour le dandy
Roue électrique
51 vues3
Roue électrique
51 vues3

ESCIS by Kos : une gyroroue custom pour le dandy

Alex - 7 décembre 2018

Le projet ESCIS by Kos illustre la rencontre entre le monde moderne de la roue électrique et l'ambiance vintage des…

6 Commentaires

  1. Chez Lyon Mag, on titre aussi sur la forte hausse avec un point d’exclamation. Statistiques sur le département du Rhône : +21%, qui nous amènent quand même à un total impressionnant de 23 accidents sur l’année !

    Répondre
  2. le principe meme des statistiques est d’induire majritairement les lecteurs en erreur , on les manipules comme vous le montrez ici et ainsi elles vont dan sle sens demandé , aucune communication sur la diminution de pollution, potentielle et d’encombrement minimaliste en regard d’un utilisateur seul dans sa voiture de 2 tonnes .. on a bien vu le traitement abusif mensonger et incitant a . la haine envers les trottinetteurs de la part de M6 quel monde journalistique minable en quete de sensationnel ou a la botte des . lobies ou les deux …

    Répondre
  3. Utiliser des pourcentages bruts n a pas sens quand on travaille avec des échantillons de quelques dizaines. Il faut alors prendre bien soin de préciser les intervals d erreur pour distinguer ce qui relève du hasard, des corrélations. Pour schématiser, si vous lancez 3 fois une pièce en l air et que vous avez 3 fois face, peut on en déduire que la pièce est plus lourde côté face ou que l on a eu de la chance? Si vous calculez la barre d erreur, vous vérifiez qu avec 3 jets vous ne pouvez pas conclure.

    Répondre
  4. C’est vrai qu’en plus la part de trottinettes électriques est faible; la proportion « traditionnelle » /électrique est encore faible, même si on voit de plus en plus de modèles électriques.
    Et pour ce qui est des trottinettes en location, bien sûr qu’elles sont potentiellement plus dangereuses que celles des particuliers. Ceux qui les louent n’ont pas forcément l’habitude de conduire ce type d’engin, ou alors ce sont des « personnes » qui les louent pour faire les cons (pardon pour l’expression), on voit bien le traitement réservé aux vélos de location. Et c’est vrai que quand on ne connaît pas la conduite d’une trottinette, encore moins lorsqu’elle est électrique, on peut être surpris; donc source d’accident….
    Ce n’est pas le tout d’étaler des chiffres, il faut analyser les raisons profondes, et non pas tirer des conclusions hâtives pour faire du sensationnel…

    Répondre
  5. Oui, tout à fait d’accord sur ton commentaire.
    Je travail sur Paris, je suis chauffeur de bus de transport en commun.
    Ce que je vois tout les jours, ce sont des personnes imprudentes face à un engin électrique qu’ils découvrent.
    Maintenant, le problème se généralise !
    Pour optimiser la localisation d’une trottinette, ils sont prêt à prendre tout les risques pour écourter leur location.
    Pire encore ! C’est devenu le nouveau phénomène de mode, ils sont à deux sur une trottinette réservée pour une personne !
    Avant hier soir, j’ai photographié l’une de c’est fameuse trottinette de location coupé en 2 parties à partir de la base servant à supporter l’utilisateur ! (seul les files électrique et câbles lié encore cette trottinette !) sans doute dû à un surpoids, soit 2 personnes dessus !
    C’est comme ci on donne le bâton pour se faire battre !
    Bien évidement, les accidents ont tendances à se multiplier avec ce genre de comportement ! Je ne vous parlent même pas des vélos roulant la nuit sans éclairage à plus de 35km/h et ignorants toutes signalisations !
    Maintenant, nous avons des utilisateurs de skateboard et ou roller qui s’accrochent aux grilles d’aération de nos bus en recherche de sensations !
    Pour le moment, seul les monos roues électrique sortent du lot et utilisent un peut plus prudemment leur engin.
    Alors, ne soyez pas étonnés de voir des lois et des critiques pousser à tout va !
    Même les piétons ne sont pas épargnés face à c’est engins (surtout quant-ils sont loués) !
    Quand aux Scooters qui nous dépassent par la droite et ou empreintent sans gêne les pistes cyclables sans se soucier des engins autorisé à rouler dessus !
    Maintenant, l’état va investir de plus en plus sur les nouveaux systèmes de verbalisations et s’en mettre plein les poches… Compte tenue de ce genre de comportement désinvolte !

    Répondre
    • C’est bien triste. On va devoir attendre la législation, pendant ce temps là les insouciants auront bien le temps de faire passer les utilisateurs pour des guignols. Ensuite, ça sera la phase de verbalisation massive, ensuite les mainfs, puis à nouveau des accidents. Et ensuite peut-être qu’on porura s’y mettre en sécurité, sans être obligé d’acheter en import j’espère.

      Répondre

Laissez un commentaire

Pas d'inquiétude, votre adresse reste privée.