Lime : trottinettes électriques en libre service à Paris

Alex
Rédigé le 21 juin 2018
1121 vues 30 Commentaires

Après les vélos, place aux trottinettes électriques en libre service à Paris ! La startup américaine Lime a annoncé l’ouverture de son service dans la capitale française le vendredi 22 juin. Ses trottinettes électriques seront accessibles au moyen d’un simple smartphone muni de l’application Lime. Le tarif : 1 euro la location puis 15 centimes par minute. Un trajet d’un quart d’heure coûtera donc 3,25 euros.

Les trottinettes seront laissées à disposition des usagers sur la voie publique, exactement comme les vélos de type Obike ou les scooters comme Cityscoot. Pour en louer une, il suffira de la sélectionner sur son téléphone, qui servira à la déverrouiller. Une fois le trajet effectué, on abandonne sa trottinette sur un trottoir et l’on prend soin de la verrouiller via l’application pour conclure la location.

Baptisées Lime-S, les trottinettes électriques de Lime sont des modèles fournis par Segway. Le service évoque une vitesse de pointe de 24 Km/h et une autonomie de l’ordre de 50 Km. Sur certains visuels utilisés par les médias français, on reconnaît bien la trottinette Ninebot by Segway (voir notre test du modèle ES1) munie de la batterie optionnelle fixée sur la potence, mais la société exploite aussi d’autres modèles non spécifiés.

Sur son application (déjà disponible) iOS et Android, Lime conseille le port du casque (obligatoire aux Etats-Unis, il n’est que recommandé en France) et suggère de rouler plutôt sur les pistes cyclables quand c’est possible. Pour le reste, le pilote est libre de se déplacer comme il l’entend.

Lime : recharge et entretien ?

Reste à voir comment Lime va gérer la question ô combien délicate de la recharge et de l’entretien ? Elle est particulièrement problématique à Paris, où le vandalisme a déjà contraint un acteur du vélo en libre service à rendre les armes. Fait amusant : le lancement de Lime en France est confié à Arthur-Louis Jacquier, qui était précisément en charge des activités de Gobee.bike avant que la société n’abandonne l’Hexagone.

Lime indique que ses trottinettes seront ramassées toutes les nuits entre 21h et 6h du matin pour être rechargées et sans doute entretenues en cas de besoin. Pour le lancement, il est probable que la startup finance un prestataire, mais à terme, elle cherchera certainement à recruter des particuliers prêts à réaliser la recharge à leur domicile en échange d’une petite rémunération. Aux Etats-Unis, c’est en effet ce modèle « distribué » que privilégient les acteurs de la location en libre service comme Bird ou Lime. Le second propose d’ailleurs un formulaire dédié à ceux qui voudraient se prêter à l’exercice.

Sur le vol, le représentant de Lime en France semble relativement serein.  « Il est très difficile de faire avancer la trottinette quand elle est bloquée », indique-t-il dans les colonnes du Parisien. Il serait également impossible (ou plutôt difficile…) de la recharger ou de la démonter sans outils dédiés.

De la place sur les trottoirs ?

Lime précise que ses trottinettes doivent être utilisées sur la chaussée ou sur les pistes cyclables, mais elles stationneront nécessairement sur les trottoirs au milieu des scooters et des vélos qui parasitent déjà l’espace réservé aux piétons. Dans quelle mesure la ville de Paris tolérera-t-elle cette nouvelle catégorie de véhicules à l’heure où le modèle de la location en libre service porte un coup fatal aux Velib et Autolib ?

Aux Etats-Unis, les startups comme Bird ou Lime ont pris le parti de déployer leurs flottes avant d’avoir obtenu les autorisations requises, une façon de s’imposer par l’usage. La ville de San Francisco, assaillie de plaintes relatives à ces trottinettes abandonnées sur les scooters, a fini par les bannir le temps de trouver comment encadrer sereinement les choses. La même technique sera-t-elle reproductible en France ? Sur son blog, Lime assure avoir discuté avec l’adjoint en charge des transports, mais ne précise pas la nature des éventuels agréments obtenus. En attendant, les Parisiens vont pouvoir s’initier aux joies de la trottinette électrique et peut-être suivre les conseils de l’application Lime, qui recommande de ne pas garer son engin dans le passage…

Application Lime

A lire !

Free floating : la difficile équation de la rentabilité
Trottinette électrique
17 vues
Trottinette électrique
17 vues

Free floating : la difficile équation de la rentabilité

Alex - 18 mai 2019

Les nombreuses sociétés qui déploient des flottes de trottinettes électriques en libre service ont-elles une chance de gagner de l'argent…

Boosted lance sa trottinette électrique, la Rev
Trottinette électrique
36 vues
Trottinette électrique
36 vues

Boosted lance sa trottinette électrique, la Rev

Alex - 15 mai 2019

Le spécialiste américain du skate électrique Boosted vient de lever le voile sur sa première trottinette électrique, la Boosted Rev.…

Les NVEI bientôt bridés à 25 Km/h et interdits hors agglomération ?
Réglementation
96 vues9
Réglementation
96 vues9

Les NVEI bientôt bridés à 25 Km/h et interdits hors agglomération ?

Alex - 3 mai 2019

Le Parisien révèle aujourd'hui ce que seraient les principales mesures du décret qui encadrera bientôt la circulation des engins électriques…

30 Commentaires

  1. Pourquoi ne pas faire organiser par la mairie un stationnement typique aux trottinettes, comme il existe à Marseille ? Ainsi pas d’encombrement, facilité de ramassage pour l’entretien et satisfaction des habitants de la ville.
    A méditer messieurs les Maires…
    MT spécialiste de la gestion.

    Répondre
    • C’est tout-à-fait exaspérant de contourner une trottinette pour marcher sur un trottoir.
      Je reste hébété en voyant une trottinette en plein milieu d’un trottoir car je n’arrive pas à imaginer un humain du 21è siècle poser un engin sur une voie où circulent d’autres humains et des mamans avec poussettes, cela dénote un degré de débilité et de sauvagerie qui ne cesse de me stupéfier.
      Les trottinettes sont géo-localisables, je ne comprend pas que la mairie n’exige pas que l’application ne valide la fin de la location que si l’engin est à une place à peu près convenable et compatible avec la vie en communauté. Voire infliger des forfait pour abandon irrespectueux, irresponsable, sur la voie publique…
      je suis assez content de la disparition des horribles vélos jaunes et vert fluo qui salissaient les trottoirs de paris qui reçois 90 millions de touristes par ans on ne peux pas laisser salir cette ville particulière avec des engins garés n’importe comment j’ai encore vu la ville à travers un taxi et on découvre que cette ville est une vraie merveille c’est comme laisser un tagueur barbouiller la Joconde personne au monde ne l’accepterai. Quand on veut,On peut…

      Répondre
  2. RAS LE BOL DE CES TROTTINETTES QUI OCCUPENT NOS TROTTOIRS ..VIVEMENT QUE LES MAIRIES LES CONFISQUENT . METTEZ LES DONC AILLEURS QUE DEVANT NOS IMMEUBLES ! ces engins partout nous emmerdent .

    Répondre
  3. Pour nous piéton 🚶‍♂️,il devient vraiment difficile de marcher sur les trottoirs tant ces trottinettes circulent vite et près de nous.

    Il faudrait faire vite respecter la circulation sur la voie publique.

    Répondre
  4. Pour nous piéton 🚶‍♂️,il devient vraiment difficile de marcher sur les trottoirs tant ces trottinettes circulent vite et près de nous.

    Il faudrait faire vite respecter la circulation sur la voie publique.

    Répondre
  5. Bonjour mr, certe ce que vous dites est vrai mais si l on regarde bien et observe bien. Se ne sont pas les utilisateur de trotinette qui les jettes par terre mais bien la incivilite de passant de jeunes, adulte, et la le forfait dont vous parler et tout a fait injuste, apres faire des emplacement mais qui paye encor nous avec nos impots, je pense pas, c de taxer ses entreprise qui vienent en france et ses touriste qui salice les villes de france en jetant leur dechet au sol

    Répondre
  6. ce n »est pas si gênant que cela. les gens sont trop râleurs, ne sont pas tolérant,pour. moi ce n’est pas un obstacle je la contoune
    un peu plus de tolérance

    Répondre
  7. Faut te mettre à la place des mamans et leurs poussettes ou d’un fauteuil roulant , lorsque l’une d’elle est couchée par terre ….
    Arrêtons d’être égoïste, n’est ce pas Gilles !?….😡
    Alors ta tolérance 🐦🐦🐦

    Répondre
  8. je n’arrive pas à verrouiller le compteur tourne depuis 1h. pas moyen de trouver un tel pour les contacter!! qui peut m’aider à Bruxelles

    Répondre
  9. En tous cas ce sont des entreprises américaines qui investissent sur nos villes sans aucunes règles et la France laisse se développer ce marché.
    Mais qu’est-ce qu’ils doivent se frotter les mains.
    Pour Paris pourquoi Mme Hidalgo et ses adjoints laisse faire après ils vont déplorer des accidents des comportements étranges et venu d’ailleurs.
    Mais à qui la faute ?

    Répondre
  10. Desorganise totalement les parcours des malvoyants…
    On a depensé des somme folles pour aménager la mobilité des personnes « a mobilité reduites », l’incivilité et l’individualisme des utilisateur des vélos et trottinette de location sauvage n’a rien à envier aux automobilistes…
    Aujourd’hui 15000 trottinettes, c’est déjàtrès difficile de circuler sirles trottoirs, dans 9 mois 3 fois plus ce sera l’enfer…
    Si les incivilités ne cessent pas (de la part des fournisseurs comme des utilisateurs le rejet par la population qui les subits entrainera d’autres failliter

    Répondre
  11. Trotinnette LIME abandonnée depuis 10 j devant le 91 rue Rivay à Levallois
    Aucun moyen de joindre la société ….. il faut décliner toute son identité …
    donc elle va rester là !

    Répondre
  12. Tous ces bobo qui se plaignent de trottinettes on croient rêver ! Mais Paris est devenue un vraie taudis avec des tentes de migrants tous les mètres sur des kilomètres de rues… des déchets partout, des rats, des voitures qui klaxonnes en permanence ! ça pue la pisse, le gasoil, l’essence; ça pique les yeux, les sirènes de police toutes les 30 secondes qui pètent les oreilles… (liste non exhaustive)
    Au moins les trottinettes montre que votre quartier n’est pas encore pourrie et des sociétés croient encore pouvoir faire évoluer les choses, des fou surement vu les vols et le vandalisme je n’aurai jamais risqué 1 centime d’investissement…
    Mais certains trouvent encore le moyen de cracher dans la soupe.

    Répondre
  13. Le président de Lime est l’ancien de chez Gobeebike , je suis pas inquiet sur l’avenir de ces engins polluants ( le lithium des batteries l’empreinte carbone , le recyclage des épaves les contrats des Juicers et leurs pratiques ).
    Je ne comprend meme pas la fabrication de tels engins a l’heure de l’urgence écologique , quel gachis . Cela me rend triste a pleurer…

    Répondre

Laissez un commentaire

Pas d'inquiétude, votre adresse reste privée.