Alfawise M1 : test d’une alternative à la M365

Alex
Rédigé le 15 janvier 2019
307 vues 4 Commentaires

Que vaut la trottinette électrique Alfawise M1, présentée comme une copie assumée de la Xiaomi M365 ? Notre test analyse en détails les caractéristiques et les performances de ce modèle générique vendu à moins de 300 euros chez le marchand chinois Gearbest. La copie serait-elle capable de faire mieux que l’original ? Réponse dans les lignes qui suivent !

Avant de commencer, quelques éléments de contexte. Le succès de la Xiaomi M365 a sans surprise donné des idées aux nombreuses usines chinoises qui produisent en marque blanche des répliques à bas prix d’objets populaires. Plusieurs de ces imitations se retrouvent d’ailleurs vendues en France avec des dénominations commerciales qui visent à entretenir le flou avec le modèle d’origine.  C’est le cas des Gloofe, Trottmi et autres Hovergliss au sujet desquels nous vous mettions en garde en mars dernier.

Bon plan 27 mars : la trottinette Alfawise M1, affichée à 300 euros chez Gearbest, passe à 267 euros, frais de port compris, avec une livraison en deux ou trois jours depuis l’entrepôt Fast-30.

D’autres copient Xiaomi de façon tout aussi éhontée mais en ayant tout de même la correction de ne pas essayer de se faire passer pour un modèle authentique. C’est le cas de la trottinette qui nous occupe aujourd’hui. Alfawise est ce qu’on pourrait appeler la « marque distributeur » du marchand chinois Gearbest. Le principe ? Les acheteurs de Gearbest identifient des produits populaires et sourcent en Chine des copies destinées à être vendues sous ses propres couleurs. On rencontre par exemple des imprimantes 3D ou des vélos électriques pliants vendus sous la marque Alfawise.

L’Alfawise M1 se présente quant à elle comme un clone de la M365, mais peut-on vraiment faire mieux que Xiaomi sans dégrader la qualité ? La marque chinoise qui explose à l’international a en effet la réputation de calculer ses prix au cordeau et de ne s’autoriser que 5% de marge. En théorie, il est donc difficile d’aller l’affronter sur le terrain du rapport qualité prix. Il reste cependant possible de se démarquer en intégrant à la copie des corrections ou des fonctionnalités qui manquent à l’original…

Alfawise M1 : les présentations

A première vue, difficile de distinguer l’Alfawise M1 de la Xiaomi M365 ! Les lignes générales sont identiques, avec un cadre en aluminium anodisé, un système de pliage situé assez haut sur la roue avant, un frein à disque à l’arrière, un petit phare LED intégré au guidon, etc. Les dimensions sont identiques, tout comme le système de pliage avec son lock monté sur une vise réglable.

Concentrons-nous donc plutôt sur ce qui diffère entre les deux modèles. L’Alfawise T0 comble en premier lieu l’une des lacunes les plus criantes de son auguste aînée grâce à un petit compteur intégré au guidon. On retrouve les quatre LED faisant office de témoin de charge restante, mais elles sont cette fois orientées en arc de cercle, pour laisser la place à l’affichage de la vitesse instantanée. C’est cet ajout qui explique pourquoi on voit trois câbles partir du guidon de l’Alfawise T0, alors que la M365 n’en présente qu’un.

Le guidon comporte toujours une gâchette d’accélérateur à droite et un levier de frein à gauche. On retrouve également une sonnette bien audible ornée de la patte en plastique qui permet de fixer le guidon au garde-boue arrière quand la trottinette est pliée. Entre autres détails cosmétiques, on note que la M1 adopte des poignées et un revêtement du deck différent de celui de la M365. Le feu arrière est de forme octogonale alors qu’il est arrondi sur la M365. Le garde-boue présente lui aussi quelques différences, avec quatre points de fixation au lieu de trois et un passage de câble mieux protégé pour le feu stop.

Au niveau des finitions, on note des soudures moins appliquées que sur la M365 à la jonction de la potence et du plancher ainsi que des capuchons protège-câble moins bien ajustés. La prise de recharge mériterait également un capuchon plus épais et mieux fixé. Pour le reste, la structure n’a pas l’air particulièrement plus fragile que celle de la M365.

Caractéristiques techniques

Gearbest a d’abord commercialisé une première variante de sa trottinette baptisée Alfawise T0 qui proposait deux pneus pleins ajourés (des petits trous censés permettre l’absorption d’une partie des chocs marquent le pourtour du pneu). La version Alfawise M1 revient sur ce choix en adoptant une configuration hybride, avec un pneu plein à l’arrière et un pneu renforcé nylon à chambre à air à l’avant. Ça n’est peut-être pas un mauvais compromis : l’arrière est à l’abri des crevaisons, mais l’avant conserve un peu d’amorti pour pallier l’absence de suspension et éviter d’exercer trop de contraintes sur le système de pliage…

Le moteur installé dans la roue avant est donné pour une puissance nominale de 250W. Il est alimenté par une batterie 7800 mAh installée dans le plancher de la trottinette, soutenue par un système de récupération d’énergie au freinage (KERS). L’ensemble est censé rouler à 25 Km/h, grimper des pentes allant jusqu’à 14 degrés et offrir 30 Km d’autonomie. Si l’on se réfère à notre face à face entre la M365 et la Ninebot ES2, on est donc vraiment plus près de ce que propose le modèle signé Xiaomi.

Moteur et roue avant Alfawise M1

L’Alfawise M1 est livrée avec un petit chargeur dont le cordon secteur n’est pas amovible, ce qui signifie qu’il faudra un petit adaptateur pour utiliser un modèle chinois en France. La trottinette se recharge en moins de 5 heures. Elle n’a pas de connexion Bluetooth, ce qui signifie qu’il est impossible de consulter une éventuelle application mobile dédiée ou procéder à un débridage logiciel.

A l’intérieur du plancher, la conception est sommaire, mais fonctionnelle. La batterie est vissée à ses quatre coins sur le fond du compartiment grâce à des plots de plastique qui risquent de fatiguer au fur et à mesure des vibrations. L’électronique prend place dans un boîtier fermé, mais le compartiment ne fait pas l’objet de mesure d’étanchéité particulières : mieux vaut donc éviter de trop exposer l’engin à l’eau.

Intérieur Alfawise M1 batterie

Trottinette Alfawise : les performances

Venons-en au chapitre crucial de notre test, avec les performances réellement mesurées sur la route. La trottinette ne s’élance qu’après une impulsion du pied, une protection visant à réduire le risque de manipulation intempestive de l’accélérateur. Avec une batterie pleine, la vitesse de pointe s’établit effectivement aux alentours de 25 Km/h au compteur sur un terrain plat, mais le couple se révèle légèrement en deçà de ce que propose une M365 équipée d’un firmware d’origine.

Après plusieurs kilomètres, l’impression de départ se confirme : l’Alfawise M1 n’est pas un foudre de guerre. La vitesse de pointe se stabilise plutôt aux alentours de 22 Km/h, avec une accélération et des reprises sont un peu molles. Ça ne dérangera pas un conducteur néophyte ou quelqu’un qui veut rouler tranquille, mais un pilote déjà aguerri risque de trouver le temps long.

Alfawise M1 compteur et guidon

Petite surprise : la trottinette dispose d’un régulateur de vitesse « par défaut » qui s’enclenche après qu’on a stabilisé sa vitesse pendant quelques secondes. On peut donc lâcher la gâchette et resserrer sa prise sur la poignée, ce qui est agréable pour les longues lignes droites. Le régulateur se désactive dès qu’on retouche la gâchette d’accélérateur ou dès que l’on sert le levier de frein. Pour aborder un obstacle ou anticiper un danger en ralentissant grâce à l’action de la récupération d’énergie, il suffit donc par exemple d’une petite pichenette sur l’accélérateur. En complément de ce « frein moteur », le freinage principal est quant à lui confié aux bons soins du disque installé à l’arrière. Il remplit correctement son office pour peu que l’on ait pris soin de vérifier la façon dont il est réglé.

Sans surprise, l’autonomie n’a rien d’exceptionnel : comptez une quinzaine de kilomètres réels pour un pilote d’environ 80 Kg sur un terrain plutôt plat et par les températures un peu fraîches de ce mois de janvier.

Alfawise M1 et M365 vue arrière

Notre avis sur la trottinette Alfawise M1

Verdict, la copie surpasse-t-elle le modèle ? La trottinette électrique Alfawise M1 se révèle finalement assez conforme à ce que l’on imaginait : c’est une copie un peu low cost d’un modèle au rapport qualité prix déjà très ajusté. Elle offre des possibilités légèrement inférieures à celles de son modèle, avec des performances en retrait et l’absence d’évolution logicielle. Les deux partagent la même faiblesse structurelle au niveau du système de pliage, potentiellement renforcée par le recours à des pneus pleins. La M1 se distingue en revanche par quelques éléments de finition bienvenus (le garde-boue arrière renforcé) et l’intégration d’un petit compteur capable d’afficher la vitesse.

L’Alfawise M1 offre finalement des prestations et une sécurité supérieures à celles de bon nombre d’engins premier prix comme on en croise en ligne et dans certaines grandes surfaces… mais la comparaison avec la M365 nous fait tout de même préférer l’original à l’imitation. En définitive, c’est le prix et la disponibilité qui règleront la question. La trottinette Alfawise constitue une alternative intéressante à la M365 dès qu’elle est vendue à un tarif significativement inférieur. En général, elle est affichée aux alentours de 300 euros sur Gearbest, avec une livraison lente depuis la Chine.

Alfawise M1 et Xiaomi M365 vue avant

A lire !

Xiaomi M365 Pro en France : dispo à 499 euros en mai
Trottinette électrique
49 vues3
Trottinette électrique
49 vues3

Xiaomi M365 Pro en France : dispo à 499 euros en mai

Alex - 17 avril 2019

Xiaomi a annoncé aujourd'hui la disponibilité prochaine en France de la "Mi Electric Scooter Pro", autrement appelée M365 Pro. Cette…

233 000 trottinettes électriques vendues en France en 2018
Trottinette électrique
93 vues4
Trottinette électrique
93 vues4

233 000 trottinettes électriques vendues en France en 2018

Alex - 6 avril 2019

Et si l'arbre cachait la forêt ? Si l'attention médiatique se concentre aujourd'hui sur les flottes de trottinettes en libre…

A Paris, rouler sur les trottoirs pourra coûter 135 euros
Réglementation
117 vues
Réglementation
117 vues

A Paris, rouler sur les trottoirs pourra coûter 135 euros

Alex - 22 mars 2019

Paris part en guerre contre les comportements dangereux en trottinette électrique. La ville a annoncé jeudi lors d'une conférence de…

4 Commentaires

  1. L’absence de logiciel me laisse sceptique sur l’ajout d’un module extension de batterie… Comme ça semble possible sur la m365 ? Oui non ?

    Moins bidouillable extensible ?

    Répondre
    • Les extensions « physiques » sont possibles, du fait de l’électronique générique c’est assez facile de venir se connecter au circuit. Par contre on n’a pas les possibilités de réglage logiciel, débridage etc, qui sont l’un des atouts de la M365, là tout se passe au niveau des composants.

      Répondre
  2. Bonjour,
    juste un détail: l’absence de connectivité bluetooth ou wifi ne signifie pas qu’elle n’est pas débridable…
    Exemple concret: J’ai une trottinette (streety) qui n’a aucune connectivité sans fil, et elle est débridée en faisant juste une manip avec les boutons accélérateur et frein ^^(il y a plusieurs profils que l’on sélectionne via manips avec les gachettes), et j’ai déjà vu exactement ce genre de manips de débridage sur plusieurs autres trottinettes chinoises…

    Répondre
    • Bonjour ! Effectivement j’aurais dû être plus précis, je pensais plus au fait de charger un firmware dont les paramètres auraient été modifiés en allant plus loin que les éventuels réglages prévus par le fabricant !

      Répondre

Laissez un commentaire

Pas d'inquiétude, votre adresse reste privée.